Cauchemar en bibliothèque (avec Agate Carduil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cauchemar en bibliothèque (avec Agate Carduil)

Message par Armel Le Barzh le Mer 4 Jan 2017 - 13:54

Les poumons en feu, je dérapai sur les graviers tandis que je tentais d’opérer un virage à quatre-vingt-dix degrés pour longer la maison. Un peu plus et je m’ouvrais l’arcade sourcilière contre l’angle du mur, mais je parvins à me rattraper in extremis en posant une main sur le sol, tandis qu’une rafale de balles déchirait l’air à l’endroit où je me trouvais quelques secondes auparavant. Sans m’attarder sur la chance qui venait de m’éviter de mourir dans cet étrange monde onirique, je repris ma course et sprintai en direction de la porte, entendant déjà les narco-trafiquants gagner du terrain.

Ce qui s’apparentait initialement à une mission scientifique sans risques avait rapidement viré au cauchemar. Lors d’une précédente sortie, les Artisans avaient découvert un étrange réseau de cavernes dans lesquelles ils avaient trouvé un métal nouveau, potentiellement fort utile, une sorte de mélange de magnétite et de bauxite, me semble-t-il, mais j’avoue humblement ne pas m’être davantage intéressé à la question, mes compétences en la matière étant des plus limitées. Désireux d’analyser davantage le fameux gisement, la ville avait expédié un nouveau groupe, toujours mené par les Artisans, auxquels on avait adjoint quelques membres des autres secteurs. Le représentant médical de l’équipe s’était hélas fait une entorse à la cheville la veille du départ, et on m’avait donc imposé de le remplacer, en dépit de mon inexpérience sur ce monde et de mes faibles compétences médicales. Visiblement, les meneurs de la ville ne s’attendaient guère à des problèmes …

Du reste, tout se passa bien jusqu’à notre arrivée au réseau de cavernes. Un guide compétent du secteur Défense nous permit d’éviter nombre de périls, qu’il s’agisse de la faune ou de la flore de ce nouveau monde hostile. Au sein des cavernes, nous parvînmes à établir notre campement, notre quiétude tant troublé uniquement par quelques bipèdes minuscules au comportement amical, que nous baptisâmes d’un commun accord Baby Raptors, en hommage à Jurassic Park, que la plupart d’entre nous avait vu. L’avenir prouva que le choix de cette référence aurait dû nous mettre en garde.

Disposant d’un pouvoir de bibliothèque mentale, la déléguée du secteur Recherche, Agate Carduil, entreprit d’analyser et de répertorier l’ensemble des données géologiques de l’endroit. D’après ce que je comprenais de ses facultés magiques, elle était assimilable à un ordinateur vivant, et nos camarades artisans auraient tué pour être capables d’en faire autant.

Pour ma part, je m’ennuyais un peu, n’ayant clairement rien à apporter à tous ces scientifiques compétents, et ne désirant pas gêner la veille de notre guide, et je me mis à dessiner Agate, qui m’offrait un modèle facile du fait de sa transe.

Lorsque l’orage éclata, je n’y prêtai guère attention, mais notre guide ne tarda pas à exprimer sa contrariété, car il était prévu que nous rentrions avant la nuit. Or, voyager sous l’orage serait plus que dangereux, et nous risquions donc d’être coincés ici. L’un des artisans s’étonna de ce qu’Agate ne soit pas encore sortie de sa transe, qui selon lui durait habituellement moins longtemps. Toutefois, dans la mesure où ces pouvoirs magiques étaient encore terra incognita pour nous, il nous tait difficile de juger du temps dont avait besoin notre représentante en Recherche. Tout de même, alors que je perfectionnais mon portrait, je constatai qu’elle commençait à suer à grosses gouttes, comme si elle était en train de fournir un effort intense.

Peu de temps après, tandis que des éclairs zébraient le ciel, un cri s’éleva dans la caverne voisine. L’un des membres de l’expédition avait perdu le contrôle de son pouvoir, et fait fondre de la roche par fusion. L’un des artisans du groupe, versé en metamagie, nous avertit que selon lui, le flux de mana de l’endroit s’élevait dangereusement, et que nos pouvoirs risquaient de connaître une croissance exponentielle, au détriment de leur contrôle. Il s’inquiéta de la transe prolongée d’Agate Carduil, et cette fois, tout le monde eut l’air concerné.

Quelques minutes plus tard, il s’avéra que nous n’étions pas les seuls affectés par cette hausse du niveau ambiant de magie. Nourris par le mana, les Baby Raptors se mirent à croître, atteignant la taille de chiots, et adoptant une attitude nettement moins amicale qu’auparavant. L’un des nôtres fut assailli par une dizaine de ces fichues bestioles, et déchiqueté avant que nous ne puissions réagir. Grâce aux pouvoirs pyrokinétiques de notre guide, nous fûmes en mesure de nous retrancher dans la caverne où se trouvait Agate, mais les créatures lançaient assaut sur assaut, et il nous tait difficile de miser sur notre défenseur, dont les pouvoirs étaient plus incontrôlables à présent, et qui ne pouvait bénéficier d’une énergie infinie pour repousser les Baby Raptors.

La situation devenait critique, et il était clair que les Raptors tentaient de nous contourner en usant du réseau de cavernes. Notre seul espoir tait de tenter une sortie, mais si Agate ne reprenait pas conscience, nous serions contraints de l’abandonner sur place, et donc de la condamner à mort. En tant que responsable du secteur médical, tous les regards se posèrent sur moi, et je me résolus donc à faire la seule chose utile que je savais faire : je me projetai dans son esprit en transe, générant un espace onirique dans l’espoir de pouvoir interagir avec sa bibliothèque mentale.

Parvenu dans le monde des rêves, je constatai rapidement que quelque chose clochait. Tout était trop lumineux, trop intense. Mon environnement immédiat ressemblait à une sorte de jungle équatoriale, et j’aperçus au loin une sorte de dinosaure. Qu’il soit le produit de mon esprit ou de celui d’Agate, son origine était évidente. J’espérais juste ne pas croiser de Baby Raptors, ou pire, de Raptors issus de Jurassic Park.

En périphérie de la jungle, je distinguai un bâtiment blanc, carré, qui exerçait sur moi une étrange fascination. Intuitivement, je sus qu’Agate se trouvait à l’intérieur, et me dirigeai donc dans cette direction, coupant à travers les feuillages. Sorti de la jungle, je constatai qu’un orage noir menaçait derrière moi, et un étrange sentiment de peur m’envahit. Quelque chose de mauvais, de dangereux émanait de ces nuages noirs, qu’il s’agisse d’un symbole ou non … Il me fallait faire vite, les nuages avançaient déjà à un rythme peu naturel.

A une cinquantaine de mètres de la maison, une sorte de bidonville apparut, morceaux de béton épars, irréels, au milieu desquels se trouvaient un camion et un groupe d’êtres humains. Engageant la conversation avec eux, je compris qu’il s’agissait d’un groupe de drogués et de dealers, des petits trafiquants, mais pour une raison inconnue, ils m’apparurent de plus en plus comme des narco-trafiquants surarmés, façon guerillero colombien, et leur attitude se fit hostile lorsqu’il fut question d’Agate Carduil et de la maison. Peu de temps après, je courrais pour leur échapper, harcelé par des rafales d’armes automatiques. Je découvris alors que mes pouvoirs d’oniromancie étaient inefficaces contre eux, mais qu’ils me permettaient toujours de manipuler l’environnement. Générant quantité d’obstacles variés, boue, mines, buissons, je parvins à gagner du terrain, et fis le tour de la maison, atteignant enfin la porte du bâtiment.

Mon coeur s’arrêta alors que je constatais que la porte refusait de s’ouvrir, comme fermée à clé. Tremblant de peur autant que sous le coup de l’adrénaline, je me contraignis à respirer calmement tandis que j’usais de mes pouvoirs pour générer une clé que j’enfonçai dans la serrure de la porte. Un ado aux lunettes noires, dégingandé et une Kalachnikov à la main, parvenait à l’angle de la maison tandis que je pénétrais dans la maison.

La porte se referma derrière moi, et je me retrouvai dans un couloir étrange, dans lequel je distinguai des portraits, des paysages, des objets divers, tous étrangers, et que je supposai donc issus d’Agate Carduil. Avisant une porte surmontée de la mention « Salle des Archives », je me risquai à pénétrer à l’intérieur, et tombai sur une Agate visiblement dépassée par la tournure des événements.

Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Cauchemar en bibliothèque (avec Agate Carduil)

Message par Agate Cairdiúil le Jeu 5 Jan 2017 - 0:02

Effectivement, dépassée est le terme. Mais dépassée signifierait ici, pour être exact, que les événements ont pris le pas sur elle. Or, ceux-ci ne pouvant qu'être mentaux, et originaires d'elle, cela indiquerait qu'elle se dépasserait elle-même.

Et c'était le cas. La personne que Armel avait en visuel ne saurait être Agate. Celui-ci pouvait le comprendre après un examen attentif que permettait -comparé à l'extérieur- la quiétude du bâtiment. Cette personne avait bien des cheveux roux et liés en une queue de cheval. La taille correspondait. Mais elle était de dos, habillée en un costume de cadre gris sobre et se tenait droite, observant les alentours. Elle se retourna vers le visiteur, affichant un visage neutre mais amical. Sa démarche et son expression indiquaient clairement qu'elle n'était pas Agate, et elle confirma. Elle portait sous son costume un t-shirt blanc de cadre typique et contre son ventre un calepin.
"Bonjour. Vous devez être Armel Le Barzh, trente-trois ans, français. Bienvenue. Je ne suis pas Agate j'en ai bien peur. Je suis votre projection d'Agate. Tout ceci vous paraîtra sans doutes être très complexe, mais suivez-moi et vous comprendrez sans problèmes."

L'invité venait de le remarquer mais son interlocutrice parlait dans un français métropolitain impeccable. Elle se retourna et fit un signe de main. Ils marchèrent dans les couloirs d'une bibliothèque au sol de marbre et dont la taille semblait presque infinie. Les chocs réguliers des talons contre le sol contrastaient avec le foutoir monstrueux qui régnait. Régulièrement, des étagères étaient renversées, des piles informes de bouquins empilés, des DVDs éparpillés, des classeurs éventrés qui répandaient leurs entrailles à petit carreaux, des photographies  dans des boîtes en carton, parfois des objets. Après quelques virages, ils arrivèrent dans une clairière du labyrinthe de rayons qui consistait en un meuble de télévision supportant l'objet en question et un canapé, en cuir marron qui semblait sortir de l'usine s'il n'y avait de larges déchirures qu'on aurait dit effectuées avec une lame. Armel nota la présence d'un poste fendu en deux qui gisait à quelques pas de son successeur que déjà sa guide allumait. Elle lui invita de s'asseoir sans un mot et fit de même, à une distance chaste.
L'écran montra, sur fond blanc cassé, le visage de la jeune personne qui l'accompagnait.
"Bonjour. Appelez-moi Aigue, avec toutes mes excuses pour les occurrences minérales. Vous vous demandez sans doutes d'où je viens. Je suis une projection d'Agate par le rêveur née de l'interaction de son pouvoir avec la salle de simulation. Au cas où vous seriez le rêveur, sachez que la bibliothèque se décompose en une salle des archives contenant sa mémoire, là où vous êtes, une salle de simulation lui permettant de créer des éléments et de les stocker dans la mémoire, ainsi que trois autres salles qui sont inaccessibles. Quand le rêveur est entré, une singularité intéressante lui a fait pénétrer la salle de simulation. C'est ainsi que, de la fusion entre l'image du rêveur et des traces des modifications de sa propre enveloppe dans cet espace par Agate, je suis apparue. Mon existence est donc liée au rêveur, mais je suis également un pont entre les deux esprits qui possède les pouvoirs de simulation et d'archive à une petite échelle. Ainsi, si vous désirez que je produise un élément de taille modeste ou que je vous remémore une information vous pouvez me le demander. Hélas, je n'ai accès qu'aux informations dont j'ai pu avoir accès et à la mémoire du rêveur et d'Agate, bien que très partiellement. Il en va de même pour la situation. Vous aurez sans doutes remarqué que les règles ont changé. J'ignore tout des modifications mais je peux assister le rêveur dans sa compréhension, ayant le moyen de recouper des informations venant de trois sources de mémoire. Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas."

La vidéo s'éteignit. Aigue se tourna vers Armel. Son regard excessivement calme avait quelque chose de dérangeant.
"Vous êtes ici pour ramener Agate au monde des conscients. Hurler son nom dans le bâtiment ne suffirait pas j'en ai peur. Je peux déjà répondre à une de vos questions : la jungle et l'affrontement avec des délinquants sont le résultat de votre création via la salle de simulation, à ceci près que les délinquants semblent être plus liés à des souvenirs et créations d'Agate. Je ne puis dire si elle est au courant de votre existence ou a tenté de vous tu-"

Elle s'interrompit. Son expression était passée d'un calme infini à une pointe d'inquiétude et de stupeur. Elle avait fixé quelque chose derrière Armel une seconde, puis inspecté les environs. Là voici qui parlait avec une voie plus faible et autoritaire.
"Les lieux ne sont pas sûrs. Nous devons bouger. J'ignore qui a des intentions hostiles ici, mais ils en ont.Tant que vous êtes en vie je suis immortelle mais vous, je ne sais pas. Vous voulez une arme ?"
Elle sortit un pistolet américain d'une poche intérieure et lui tendit.[/color]
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Cauchemar en bibliothèque (avec Agate Carduil)

Message par Armel Le Barzh le Ven 6 Jan 2017 - 0:13

Lors de sa sortie en salles, j’avais beaucoup apprécié de film Inception de Christopher Nolan, qui décrivait une sorte de hacking onirique, mené à travers diverses couches de rêves. Dans mon entourage, certains avaient jugé son scénario trop complexe, ce qui m’avait fait sourire, car il était aussi limpide que bien construit à mes yeux.

En cet instant, je comprenais que j’allais avoir affaire à une version hardcore d’Inception, une version coupée au crack et bien schizophrène en prime. Dans le cas présent, le rêveur était forcément Agate, puisque j’usais de mon pouvoir sur elle ; toutefois, elle était en transe passive, bloquée dans l’utilisation de son propre pouvoir, la bibliothèque mentale. Je faisais par conséquent irruption dans un espace à mi-chemin entre son pouvoir et le mien, entre sa bibliothèque mentale et le monde onirique. Pour ne rien arranger, le mana ambiant dans le monde réel avait explosé, augmentant dramatiquement nos facultés respectives, au détriment de leur contrôle. A mon humble avis, Agate s’était retrouvée subjuguée par la déferlante magique, en pleine utilisation de ses pouvoirs magiques. Et moi ? En toute logique, je risquais de devoir faire face à de sérieuses complications. Mieux valait espérer que mes pires cauchemars ne deviennent pas réalité, sans quoi j’allais au-devant de graves ennuis … Rectification : nous allions tout au-devant de graves ennuis.

A en juger par le désordre ambiant dans la salle des archives, soit l’esprit d’Agate fonctionnait habituellement en fouillant dans un sacré capharnaüm, soit l’endroit avait été le théâtre de sévères perturbations. Même en admettant que ce fut le cas, je trouvais la présence du téléviseur cassé très significative. Quelque chose s’était produit ici, j’en avais l’intime conviction.

Quant aux projections d’Agate Carduil, elles étaient des plus significatives. D’une part, les dealers de l’extérieur, manifestement issus de son esprit, avaient joué un rôle défensif, tentant de me mettre hors-jeu ; d’autre part, ses projections plus personnelles semblaient au contraire désireuses de m’aider, de me permettre de secourir Agate. Anticorps, virus … La métaphore me vint immédiatement en tête, et je pensai avoir compris ce qui se passait, dans une certaine mesure. Mon pouvoir m’avait permis d’entrer dans celui d’Agate, et il réagissait en se défendant contre cette intrusion imprévue en m’envoyant des défenses issues de la mémoire d’Agate. En revanche, Agate elle-même, plus ou moins consciemment, désirait que je vienne à son secours, et générait des projections d’elle-même pour m’orienter du mieux qu’elle pouvait, à supposer qu’elle eût conscience de ce qui lui était arrivé et qu’elle sût comment s’en sortir.

Pouvoir contre pouvoir, dans des conditions catastrophiques. Et merde.

D’Agate à Aigue, on restait dans le minéral, toujours n rapport avec notre mission. Une preuve inconsciente de la part d’Agate que les choses avaient commencé à lui échapper alors qu’elle se focalisait sur cette nouvelle roche, moitié bauxite, moitié je ne sais plus quoi … ?

Acceptant le Magnum tendu par la projection de l’Agathe assistante de direction, qui suscita brièvement en moi une forme d’attirance que je n’avais pas anticipée, je me dis que si j’étais capable de générer mon propre arsenal, mieux valait user de celui reconnu officiellement par l’esprit d’Agate. Moins d’interférences. Enfin, c’est ce que j’espérais, à ce stade, j’en étais réduit aux suppositions.

Grimaçant lorsque l’Agate en tailleur se définit comme immortelle, je la crus sur le champ lorsqu’elle annonça la venue d’ennemis proches, quoique très indéfinis. Toutefois, avant de quitter cette salle, je voulus tenter un coup de poker …

« Avant de fuir, est-il possible de visualiser les derniers instants d’utilisation de cette salle par Agate Carduil, l’originale et pas ses projections ? C’est une forme d’archive, non ? »

Cela me donnerait peut-être un indice sur ce qui s’était produit ici, ou comment aider Agate. Si ma requête était acceptée, cela signifierait qu’Agate elle-même m’accordait une utilisation de son pouvoir, par son entremise, bien sûr. Et cela conforterait un peu mes théories sur la situation actuelle …

Tout de même, je pris la précaution de me retourner, et entendis la porte de la salle voler en éclats derrière les rayonnages. Armant mon Magnum, je me cachai derrière une pile de DVDs de westerns, et guettai la venue des assaillants. Les trafiquants de tout à l’heure, ou d’autres projections défensives d’Agate Carduil ?

« Faites au plus vite, je crains que vous n’ayez raison, nous sommes pressés ... » mentionnai-je inutilement à l’Agate en tailleur. « Si vous-même, ou Aigue, si ce n’est la même chose, pouvez accéder à cette archive ... »

Une sourde rumeur monta du fond de la salle, et je perçus avec horreur que quelque chose avançait, non en remontant l’allée centrale, mais en balayant sur son passage les étagères. Quoi que ce fut, je pressentais que c’était énorme.

«Bordel. »

Tant pis pour la discrétion, je commençai à générer une nouvelle porte de sortie grâce à mes pouvoirs. Pas conforme à ce que visualisait Agate, mais mon instinct me hurlait que cela valait mieux que d’affronter la chose qui venait vers nous.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Cauchemar en bibliothèque (avec Agate Carduil)

Message par Agate Cairdiúil le Sam 7 Jan 2017 - 15:56

Aigue semblait réfléchir. Elle était très visiblement inquiète par ce qui se profilait devant. Et à raison, car aux bruits d'étagères renversées et de craquements s'ajoutèrent le grondement d'un moteur. Elle se leva, rangea son arme dans une poche intérieure, jugeant qu'elle lui serait fort inutile et suivit Armel. Quand celui-ci généra son portail, elle essaya de l'en empêcher en attrapant son bras.
"Vous ne devriez pas faire cela. Je vous rappelle que la situation dégénère ici à cause d'une extraordinaire perturbation de pouvoirs. Votre portail pourrait être très dangereux. Je ne génère pas de petits choses que par manque de capacité mais aussi par sécurité. Regardez ce qui arrive quand la modération fait défaut."
Elle indiqua à son compagnon de regarder ce qui approchait.

Cela illustrait à merveille son propos. Car il se trouvait qu'ils étaient face à un char d'assaut. Une énorme machine grisâtre mal éclairée, supportant sur ses flancs et sa tourelle des personnes maniant visiblement des armes de calibre intéressant. A ses côtés marchaient d'autres gens, tout aussi armés.
Armel eut l'impression d'être détecté quand on s'agita sur le blindé et que la trappe située sur l'avant s'ouvrit. Il en sortit une figure encagoulée et indiscernable qui se présentait comme dirigeant le groupe. Elle pointa le rêveur du doigt et le canon principal lui répondit en pontant la direction indiquée.

Aigue, qui regardait aussi, tira par le col arrière son compagnon.
"Si vous voulez visualiser sa mémoire à court terme, suivez-moi en vitesse, il y a une salle qui lui est dédiée. On doit y parvenir avant que vous ne décédiez. C'est par là."
Elle montra une direction vague mais qui avait l'avantage de ne pas se rapprocher des ennemis. Ceux-ci firent tonner leur canon et le sol à quelques mètres de nos deux protagonistes explosa, projetant gravats, poussières et une onde de choc qui les fit tomber sur quatre bon mètres, les garnissant ainsi de belles éraflures et d'un sifflement aux oreilles qui menaçait de ne pas leur rendre leur ouïe de sitôt.
Aigue se releva la première, ramassa ses talons et releva Armel, puis lui indiqua par signes qu'ils serait préférable de courir à toute jambes jusqu'à la pièce en question.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum