Reborn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reborn

Message par Eno Statia le Sam 31 Déc 2016 - 11:31

Eno est affalé sur le canapé, avec un débardeur blanc et un bas de jogging gris foncé. Il dort ici depuis que sa mère est décédée. Il évite de dormir dans sa chambre pour refouler le plus souvenirs. Il ne peut pas se permettre de replonger dans l'alcool. Il le fait pour sa mère. Sa mère qu'il aimait... Qu'il aime tant. Elle n'allumait jamais la télé. Elle était tout le temps plongée dans un bouquin. L'appareil servait plus décoration qu'autre chose. Malgré ça, elle aimait passer du temps à regarder certaines émissions avec Eno. Mais ces souvenirs là sont brouillés. Ils ne sont pas aussi concrets que ceux de sa chambre. Les souvenirs de la routine. Une mère qui vient réveiller son enfant. Qui passe souhaiter une bonne nuit. Les petites paroles comme « range ta chambre ». Bizarrement, ce sont les plus petits souvenirs qui sont les plus douloureux. Et ce sont ceux qui restent le plus en mémoire.

Une partie de lui veut oublier sa mère, et c'est cette partie en lui qui le rend le plus triste. Comment peut-on ou veut-on oublier sa mère. Elle serait tellement déçue. Mais s'il refoule cette tristesse, pour être heureux. Sa mère ne serait-elle pas heureuse ? Alors il se dit qu'il doit retourner toutes ces pensées négatives et tristes en quelque chose de positif et hilarant. Mais c'est dur. Eno a du mal. Sa mère représente tout. Maintenant qu'elle n'est plus là. Il n'est rien. Enfin, c'est ce qu'il pense...

Une autre partie d'Eno veut retrouver tous ses souvenirs. Ceux avec sa mère. Il aimerait revivre certains moments. Peut-être que ça l'aiderait à faire son deuil. Mais c'est impossible. C'est dur à encaisser. Mais il espère. Il espère retrouver tous ses souvenirs entre lui et sa défunte mère. Il serait heureux. Il ne serait plus là, mais elle serait dans sa tête. Exactement pareil, mais dans son esprit. Bien que cela soit tordu. Bien qu'il en soit conscient. Pour Eno, tout ça serait un rêve. Mais il n'est pas si fou que ça. Il sait très que ça n'arrivera pas. Alors il reste triste.

Tout le salon est plongé dans le noir. Il n'y que la télé qui propage de la lumière, et l'écran du téléphone d'Eno qui s'allume quand il reçoit des notifications. Le salon est rempli de petites décorations. Plantes, tableaux, objets divers. Sur la table de chevet, en face du canapé sur lequel Eno est affalé, les yeux mi-ouverts, mi-fermés, se trouvent plusieurs verres sales. Juste un seul est rempli de coca zéro. Il devait ranger hier et avant-hier. Mais il procrastine. Peut-être pour demain ?


Eno sent qu'il s'endort. Il prend alors l'élastique sur son poignet et se fait un chignon très rapidement, peu esthétique, mais efficace. Il ne sera pas gêné par ses cheveux durant son sommeil. Après quelques minutes, Eno s'endort.
Eno sent qu'il s'endort. Il prend alors l'élastique sur son poignet et se fait un chignon très rapidement, peu esthétique,

Il rêve. Pour la première fois depuis longtemps, il rêve. Tout est blanc. Il n'y a que lui. Au milieu de nul-part. Il tourne. Il espère voir quelqu'un. Malgré un lieu qui n'est pas propice au danger, le vide, le rien, lui fait peur. Il avance et voit une silhouette. Il se retourne et se voit lui-même. Comme dans un miroir, mais sans miroir.

-N'abandonne pas, dit une voix derrière lui.

Il se retourne et voit sa mère.

-N'abandonne pas, continue-t-elle. Je ne devrais pas être un poids. Tu dois être plus fort que toi-même, Eno.

Les larmes glissent le long de son visage pendant que sa mère lui parle.

-Regarde-moi ! crie le Eno derrière lui.

Il se retourne lentement, en pleurant.

-C'est toi contre toi ! Avant de vouloir protéger qui que ce soit, protège-toi toi-même !

Le clone d'Eno sort un pistolet et appuie sur la gâchette en visant sa mère. Il se retourne en hurlant. Elle disparaît alors comme de la poussière emportée par le vent.

-Pourquoi ?! crie Eno
-Tu dois faire le deuil ! Toi aussi, ce sera ton tour ! Profite avant que ça arrive !
-De quoi tu parles ?! dit Eno en regardant son clone droit dans les yeux.
-Ça !

Le clone vise le crâne d'Eno et tir sans aucun remords.

Eno se réveil en sautant, paniqué, sans souffle comme si qu'il avait fait de l'apnée. Il se recouche alors paisiblement, même si son cœur bat plus vite que la normale. Il réfléchit. Il sait qu'on fond son rêve l'aidera. Mais comme d'habitude, ce ne sera pas facile.

Il sent que quelque chose ne va pas. Il cherche alors à l'aveugle son téléphone sur la table de chevet. Au bout de trente secondes, il réalise qu'il ne trouve rien et décide de regarder. Rien ! Il n'est plus chez lui. Il commence à paniqué, mais Eno sait qu'il doit garder son calme. Il se lève doucement. Il regarde autour de lui pour trouver une arme quelconque pour se défendre. Tout est monotone. Pour remonter la morale d'Eno, c'est un début raté.

Il entend des pas dans la salle à côté. Des pas qui se rapprochent de plus en plus. Étant donné qu'il ne trouve rien pour se battre, il décide de la jouer stratégique. Il plonge dans son lit inconfortable et fait semblant de dormir. Une personne entre. Tous ses sens sont en alerte. Il est prêt à agir.

La personne est très proche de lui. Il tente de se relaxer le plus possible.

-Il devrait être réveillé, dit une voix d'homme.
-Je le suis.

Il se retourne calmement. Le ton de la voix de l'homme était neutre, rien de très menaçant. Il n'a pas l'impression d'être en danger. Mais il se méfit quand même.

-Où suis-je ? Je veux toutes les réponses à mes questions. Je saurais si vous mentez, et je vous tuerai.
-Inutile d'être menaçant. Je suis ici pour cela. Et vous n'êtes plus là ou vous pensez être. Vous êtes dans un nouveau monde.
-J'ai même plus envie d'entendre la suite.
-C'est la vérité.
-Je n'ai pas insinué le contraire. Juste pourquoi et comment ?
-Par magie. C'est un peu compliqué, je sais. Et le pourquoi, c'est le hasard. Toi comme un autre. Ou peut-être pas.

Eno sent que quelque chose ici est différent. Il ne veut pas trop chercher à comprendre. Il préfère tout voir de ses yeux. Il voit bien qu'on ne lui ment pas, ou qu'on lui ment très bien. Il se lève.

-Attendez, il y a d'autre chose que vous devez savoir !
-J'apprends sur le terrain, c'est bon.
-C'est plus compliqué que ça.
-Tout est compliqué à ce que je peux entendre.

C'est seulement maintenant, calme, qu'Eno se rend compte à quel point le sol est froid. Il se retourne et demande d'éventuelle chaussure, et la possibilité de prendre une douche. Il se force à faire comme si tout cela était normal. Au fond, il se pose un milliard de questions, mais il ne peut pas se permettre d'être en état d'infériorité, surtout si cet endroit est dangereux.

L'homme court après Eno qui se promène en faisait semblant de connaître le bâtiment. Il s'arrête et regarde l'homme. Il attend. Le temps de le mettre mal à l'aise, juste pour être sûr qu'il n'est pas un danger. Il le sait maintenant. Il n'a rien à craindre et il dit la vérité.

-J'écouterai tes réponses, commence Eno, mais je dois avant prendre une douche si ça ne dérange pas, et sortir de cet endroit. Je ne suis pas à l'aise.
-Je vous ramène alors là où tu vas vivre.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum