[PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Lun 21 Nov 2016 - 23:48

Entamons la narration alors que notre protagoniste autoproclamé, Agate, ouvrait les yeux pour contempler la blancheur morne du plafond de sa chambre. Précisons qu'il s'agit plus exactement d'une large pièce ressemblant plus à un hôpital de campagne, quoique plus ressemblant à Verdun qu'à Sarajevo.
Notre personnage maugréée une insulte qui meurt dans sa bouche alors qu'elle entame la seconde syllabe. Elle ne reconnaît pas sa propre voix, ce qui n'est pas sans la surprendre, mais en dit long sur son état d'ébriété possible. Une douleur au menton, réveillée par ces exercices linguistiques, aiguise sa curiosité et le réflexe immédiat de passer sa main dessus.

Dommage, ses deux membres supérieurs refusent la tâche. Et pour cause, Agate reconnaîtrait cette sensation entre mille, leurs poignets sont retenus par des bracelets métalliques. Elle tente à ce sujet de lâcher une série d'insultes mais se ravise à la troisième syllabe, faute de pouvoir simplement comprendre ce qu'elle prononce.

Voyant le discours impuissant à la délivrer de cette situation, elle se rabat sur le regard et observe les alentours. Son impression de camp de réfugié bosniaque se confirme. A l'exception notable de deux personnages qui n'ont pas l'air d'être des Nations Unies.

Tout d'abord, un médecin au vu de sa tenue et de son calepin, cheveux courts, stylo long, peau noire, encre rouge. Il ne la regarde pas. En revanche, à ses côtés, une jeune femme, en fait une gamine aux yeux d'Agate, qui la fixe. Son ébriété passagère empêche à notre chicagoane de détailler son expression faciale, mais elle put avec plus d'aisance se rabattre sur une sommaire reconnaissance physique. Ce qui lui fit lâcher le commentaire suivant :
"Merde quoi, sur tous les poulets de l'Illinois il fallait que je tombe sur miss Coatrack la latino de service et un étudiant en médecine."

Elle put comprendre sa phrase cette fois-ci, mais les expressions idiomatiques qu'elle avait lâchée lui semblaient, pour le moins, contrefaites. Mettons que ça venait de l'alcool.

Le médecin la regarda, soupira lentement et commença à lui aligner un train d'incongruités.
"Je sais que ça fait étrange. On va faire simple. Vous avez été transféré depuis la Terre jusqu'à notre monde. On vous a implanté un traducteur automatique, si vous avez quelques difficultés à parler, elles se résoudront d'elles-même d'ici très peu. Outre votre blessure et votre état, on a dû vous mettre sous sédatif."

L'intéressée le regarda avec un air mêlant sa perplexité et son impression qu'elle parlait à un fou.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Jeu 1 Déc 2016 - 1:33

Ahah, j'étais déjà en retard pour cause de retour d'absence,
mais là j'ai pioché en plus la carte "perdez votre RP qui n'est évidemment pas enregistré".
Bref, je suis désolée d'être autant à la bourre :'( Sorry

Cela faisait pas mal de temps que Deliah n'avait pas été affecté à une nouvelle mission. "Nouvelle" dans le sens inconnue ; plus le temps passait et plus elle avait découvert d'aspects différents de son nouveau métier. Elle avait été affecté à toute les tâches qui pouvaient être demandées à une combattante. Du moins le croyait-elle, jusqu'à ce que le communicateur à son poignet ne la contredise.
Elle devait se rendre à l'Hôpital au plus vite. Ce n'était pas pour une surveillance de routine, mais pour une nouvelle arrivante particulière. Les détails seraient donnés par le personnel soignant.

La jeune femme devait avoir, quoi ? 25 ans ? 28 lui indiqua le soigneur qui avait pu voir sa carte d'identité. Du premier coup d'œil, c'était une fille normale. Aux cheveux roux, au ventre rond et aux cent cinquante gramme de cocaïne. Nickel, parfait, pompon, cerise et quinte flush royal, peu importe comment on disait. Ah non, le véritable pompon, c'était le rail de coke qu'elle s’apprêtait sans aucun doute à prendre au moment de son transfert. Les menottes qui la retenaient n'étaient clairement pas du luxe.
Deliah soupira. Elle n'aimait pas ce genre d'histoire. En fait, elle avait toujours évité la drogue, dans les rues des favelas, et plus particulièrement ceux qui voulaient lui en faire vendre ou bien consommer. Sauf que dans la Cité, les règles n'étaient plus les même. Il fallait s'occuper de tout le monde, les saints comme les pourritures.

Assise depuis presque une heure, la jeune brésilienne se demandait combien de temps elle devrait poireauter là si... Agate c'est ça ?... ne se réveillait pas aujourd'hui. Mais elle n'eut pas à attendre la réponse, car voilà que l'américaine reprenait conscience. Elle resta sans mot dire, pendant un premier temps, il y avait assez de choses à digérer pour ne pas tout lui faire manger d'un coup. D'autant plus que c'est elle qui prit la parole.

"Merde quoi, sur tous les poulets de l'Illinois il fallait que je tombe sur miss Coatrack la latino de service et un étudiant en médecine."

Deliah aurait été mesquine, elle aurait lâché un "Presque" sarcastique. Presque l'Illinois. Dans le sens "pas du tout" du mot presque. Sauf que son empathie lui empêchait ne serait-ce que de formuler l'idée dans sa tête. Elle laissa plutôt le membre de la Santé répondre. Il était sensé savoir faire.

"Je sais que ça fait étrange. On va faire simple. Vous avez été transféré depuis la Terre jusqu'à notre monde. On vous a implanté un traducteur automatique, si vous avez quelques difficultés à parler, elles se résoudront d'elles-même d'ici très peu. Outre votre blessure et votre état, on a dû vous mettre sous sédatif."

Heureusement que la jeune fille n'était pas tombé sur lui, lors de son réveil. Dans le genre brutal et peu explicatif, il se posait là. Les années passés ici devaient avoir anesthésié sa sensibilité. Deliah tenta donc une autre approche, bien qu'elle n'ai aucune idée de la procédure sensée s'appliquer ici.

- Bonjour, sa voix était douce, presque faible. Je m'appelle Deliah, et je viens du Brésil. Toi tu viens des États-Unis c'est bien ça ? Nous sommes ici dans un "nouveau monde". Bordel, ce qu'elle se sentait mal à l'aise. Ici, c'est la Cité. Ne t'inquiète pas, tout se passera bien.

Pas sûr qu'elle obtienne la palme de la meilleure oratrice de la Cité. Pas sûr du tout, même. En tout cas, elle ne mentionnait pas les menottes pour le moment. Étant donné que la femme n'y avait fait aucune allusion, cela devait être qu'elle n'était pas si surprise. Elle devait donc parfaitement comprendre la raison de leurs présences.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Jeu 1 Déc 2016 - 17:51

Les yeux, la bouche et la colère d'Agate s'ouvrirent en grand. Elle voulut lancer une série d'imprécations injurieuses et assassines mais se contenta d'un silence travaillé et d'une acidité qui aurait gagnée à être plus reposée et moins comateuse.
"Oh formidable, j'ai en plus le droit à un bon flic après le mauvais flic... Bordel de merde, sale petite connasse d'hippie, t'as pas des devoirs à faire plutôt que de traîner dans des squats minables ? Reuh Reuh.

Alors qu'Agate finissait de mêler toux grasse avec ricanement ostentatoire, le médecin regarda sa collègue. Rien ne semblait pouvoir entamer sa placidité, bien que notre protagoniste aurait sans doutes quelques objections à faire à ce sujet.
"C'est pour ça qu'on a fait appel à toi. Elle ne nous a pas semblé être des plus apte à la coopération. On l'a aussi trouvée avec une épée, qu'on a envoyée à l'armurerie. Il faudrait s'assurer que c'est pas quelqu'un de dangereux et pouvoir la maîtriser si besoin lors des tests médicaux et physiques, au cas où si elle vient à se rebeller.
-Eh, je suis là, regarde-moi quand tu me parle petite merde."
Il ne cligna même pas des yeux et continua, indiquant qu'il faudrait la calmer -ou attendre un ou deux jours qu'elle le veuille bien, histoire de pas gâcher de sédatifs- avant de la laisser sortir et se rendre compte de ce qu'il en était par soi-même. Il s'excusa de ne pouvoir la prendre en charge totalement, du fait de son agressivité manifeste et du manque de personnel santé actuellement disponible. Dès qu'il finissait une phrase, soit toutes les secondes vu qu'il n'employait pas une syntaxe orale complexe, Agate l'interrompait par une interjection, une insulte, souvent les deux, parfois mêlés.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Jeu 8 Déc 2016 - 18:55

Aucune réaction étonnée ne vint s'afficher sur le visage de la jeune femme. Deliah avait beau ne pas se faire très confiance pour déchiffrer les expressions d'autrui, elle était presque certaine que celle là n'avait pas compris le truc. Voire même, qu'elle avait pas pigé un broc de ce qu'on essayait de lui dire.

"Oh formidable, j'ai en plus le droit à un bon flic après le mauvais flic... Bordel de merde, sale petite connasse d'hippie, t'as pas des devoirs à faire plutôt que de traîner dans des squats minables ? Reuh Reuh.

Non seulement elle ne percutait pas, mais en plus elle ne faisait aucun effort. Les insultes glissaient sur la brune, mais le fait qu'elle la prenne pour un flic, là, ça la faisait tiquer. De quoi avait-elle besoin pour mettre ses idées dans le bon rail ? Deliah jeta un regard perdu vers le soigneur.

"C'est pour ça qu'on a fait appel à toi. Elle ne nous a pas semblé être des plus apte à la coopération. On l'a aussi trouvée avec une épée, qu'on a envoyée à l'armurerie. Il faudrait s'assurer que c'est pas quelqu'un de dangereux et pouvoir la maîtriser si besoin lors des tests médicaux et physiques, au cas où si elle vient à se rebeller.

-Eh, je suis là, regarde-moi quand tu me parle petite merde."

Quelqu'un de dangereux ? Mais ils n'avaient pas les yeux en face des trous ou quoi ? Pas la peine de faire appel à elle pour régler cette première question. Elle avait été retrouvé avec une épée et de la cocaïne ! Bien sûr qu'elle était dangereuse ! Quand à savoir si elle était accro et risquait d'être sevrée dans la douleur... c'était aux médecins de traiter cette question. Pas à une combattante.
Enfin bon. Elle l'écouta terminer sa tirade, faisant tout comme lui sourde oreille aux invectives de l’alitée. D'abord, elle trouvait l'idée des sédatifs assez choquante, car ils privaient leur victime de libre arbitre. Mais plus les secondes, et les injures, passaient, plus elle se disait que la calmer d'une autre manière serait voué à l'échec. Dommage que les médicaments étaient rationnés. Par contre, la laisser se rendre compte du changement de dimension le jour de sa sortie... Non, ça c'était une vraie mauvaise idée. Les nouvelles choquantes, ça avait un effet imprévisible et ça pouvait rendre violent. Autant le faire quand l'auditeur est immobilisé et menotté, tant qu'à faire.

Et alors qu'il concluait sur le manque de personnel disponible, son communicateur bipa, lui indiquant que d'autres chats devaient être fouettés. Il reviendrait d'ici quelques temps, mais elle pouvait toujours le contacter en cas d'urgence.

Génial. Une mission pour elle toute seule. Deliah le laissa sortir, et elle resta plusieurs minutes les yeux dans le vague à réfléchir. Rien n'aurait pu la faire revenir à la réalité, ni les insultes ni les cris, puisqu'elle retraçait sa route depuis son entrée dans l'Hôpital. Normalement il devait y avoir... Elle sortit à son tour, dans une marche rapide. Fallait pas qu'elle laisse l'autre dealeuse seule, quand bien même elle ne risquait pas d'aller bien loin. Heureusement, comme dans ses souvenirs, ce qu'elle cherchait n'était qu'à quelques pas. Il s'agissait d'un genre de défibrillateur de fortune, mis au point par les travailleurs de l’artisanat. Il y avait quoi là dedans ? Des centaines, des milliers de volt ? Elle s'en fichait bien, du moment que l'effet serait celui voulu.

- Bon, soupira-t-elle, résolue. Soit tu te calmes et tu m'écoutes, maintenant, soit je te fais te calmer au moyen d'un bon choc électrique. Tu choisis quoi ?

Où était le gentil flic, à présent ? La déontologie médicale, Deliah, elle connaissait pas. Et puis de toute façon, elle n'était pas médecin.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Sam 10 Déc 2016 - 23:59

Pour toute réponse immédiate, Agate se contenta d'interrompre la remarque cynique et obscène qu'elle s’apprêtait à administrer contre sa geôlière improvisée pour pousser un petit râle de surprise et de colère à peine audible. Elle fixa avec une rare intensité son adversaire, contracta ses mains plus encore, passa ses dents supérieures sur sa lèvre inférieure, inspira longuement et tenta de canaliser sa cataracte de rage en une imprécation hurlée à plein poumon qui transmettrait avec fidélité, brièveté et ornementations l'immense haine qu'elle éprouvait.

Elle tremblait de rage et ouvrit la bouche tout en réfléchissant intensément et à l'allure d'un cheval au galop. Sans doutes un poil trop.



Une étrange sensation qu'elle aurait toutes les peines du monde à qualifier la traversa et elle se retrouva, dans ses habits usuels, son épée gisant au sol et elle aussi, sur le marbre d'une pièce ronde généreusement éclairée. Agate se leva. Constata sa liberté de mouvement. Prit sa lame. Considéra la pièce.
C'était en effet une pièce ronde aux murs nus mais de marbre et au plafond assez haut supportant une lumière douce mais puissante qui donnait sur cinq portes ornées à leur frontispice des inscriptions suivantes dont seules les deux premières surmontaient des portes qui n'étaient pas fermées par des bandes horizontales d'acier : Archive, Simulation, Lecture, Palimpseste, Synthèse. La deuxième était grande ouverte, c'est donc naturellement qu'Agate la pénétra.

L'intérieure était une pièce sobre et dénuée d'ornements muraux, excepté des disques durs et des disques empilés, du matériel électronique et un énorme bouton rouge sous cloche. On notait également au centre de cette pièce une lueur bleue qui se maintenait en suspens. En l'approchant, Agate pensa :
"Ben merde alors."
Et une déjection humaine échelle 1/1 se matérialisa dans ce qui semblait être un hologramme tactile.

Se relevant de sa stupéfaction initiale, Agate remarqua que dans sa poche se trouvait une masse. Elle s'en saisit et il ce trouva que c'était un détonateur. Sur lequel était marqué "réveil". Haussant les épaules, elle pressa le bouton.



Durant ce passage dans ce qui constituait son pouvoir, à savoir sa bibliothèque mentale, de l'extérieur, Agate s'était immobilisée. Elle avait la bouche ouverte, les yeux qui roulaient dans le vide et un filet de bave commençait à poindre. Elle lâcha un "Merde." et se réveilla quelques instants après, clignant des yeux et fermant la bouche.

"Uh... Je... Je sais pas c'que vous foutez dans vos putain d'sédatifs mais... C'est mieux qu'la coke putain.
Ouah.
Ouah.
Bon pose ces engins miss coatrack tu vas te faire bobo. Azy j't'écoutes t'façons j'ai bien capté que 'faudra que je passe par ta logorrhée verbale avant d'sortir et de dessoûler.


Dernière édition par Agate Cairdiúil le Mar 31 Jan 2017 - 17:48, édité 1 fois
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Mar 31 Jan 2017 - 10:21

Plus Deliah la regardait, plus la rousse avait l'air démente. Etait-ce la colère, la surprise, la désorientation, les médicaments, la cocaine, ou bien les hormones de femme enceinte retrouvées dans sa prise de sang ? Peut-être un peu tout cela. Heureusement, mis à part ces dernières, tout devrait ce calmer dans les jours qui viendraient. Mais le rôle de Deliah, c'était justement que ça ne traine pas plusieurs jours, et ça n'était pas gagner de toute évidence.

Et voilà que ça s'empirait. Cairdiúil venait de perdre apparemment conscience, la tête avachie comme une poupée de chiffon. Immédiatement, la jeune brésilienne s'inquiéta. Qu'est-ce qui lui arrivait ? Combien de temps allait-ce durer ? Bordel, elle n'y connaissait rien ! Les seuls points positifs, c'était qu'elle la mettait enfin en veilleuse, et surtout que les mouvements réguliers de sa cage thoracique indiquaient une respiration. Inconsciente, mais pas en danger imminent ; pour l'instant pas de raison d'appeler le personnel de l'hôpital.

- Eh ? Tu m'entends ? le ton n'était pas incisif, mais anxieux. Deliah était suffisamment empathique pour ressentir la faiblesse de son prochain. Aussi grossier et désagréable soit-il.

Par cette stimulation ou autre chose, l'américaine reprit ses esprits. Elle se remit à parler, évidemment.

- Uh... Je... Je sais pas c'que vous foutez dans vos putain d'sédatifs mais... C'est mieux qu'la coke putain.

Ou alors c'était les deux. Deliah ne connaissait pas toute la palette d'effet secondaire des médicaments de la Santé, par contre elle était certaine qu'un cocktail cocaïne et sédatifs devait bien détonné. Pour le coup, cette fille ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même.

- Bon pose ces engins miss coatrack tu vas te faire bobo. Azy j't'écoutes t'façons j'ai bien capté que 'faudra que je passe par ta logorrhée verbale avant d'sortir et de dessoûler.  

Elle ne posa pas "ses engins". Au cas où, comme ça elle pourrait réagir rapidement par une petite décharge à la moindre vocifération. Si elle avait connu Pavlov, il lui aurait dit qu'elle cherchait à induire un réflexe chez son interlocutrice.

- Dessoûler, tu le feras ici. Elle ne prenait plus vraiment de pincettes. Ils ont retrouvé des traces de cocaïne dans ton organisme, alors tu restes confinée jusqu'à ce que les effets violents du sevrage passent.

Une excellente idée, si on lui demandait son avis. L'arrêt de la drogue provoquait des syndromes très différents selon les gens, pouvant aller de la crise de panique ou de colère à de puissantes hallucinations. Bref, le genre de chose potentiellement dangereuses pour la personne et son entourage.

- Il faut que tu comprennes un truc avant tout autre chose. Ici, on est pas dans l'Illinois. On est pas en Amérique d'ailleurs, en fait on est pas sur Terre. On est... Comment dire ? Autre part. Un autre monde, avec d'autres animaux et d'autres plantes, tout est différent. C'est comme ça et on peut pas repartir, alors je te conseille de te faire à l'idée au plus vite.

De son côté, c'était allé très vite. Pas assez d'attachement à ce qu'elle avait et ce qu'elle savait de "la réalité" pour se braquer. C'était ainsi, un point c'est tout, et ce n'était pas en le niant que cela en était moins véritable.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Mar 31 Jan 2017 - 18:15

Une longue inspiration accompagnée d'un roulement d’œil accompagna les déclarations de cette jeune personne. Il aurait été difficile pour Agate d'imaginer situation plus cocasse si elle ne s'était pas retrouvée dans une pièce où des déjections apparaissaient par génération spontanée quelques secondes plus tôt.
"De la coke moi ? Ouais bah au moins c'est qu'un peu pour les occasions spéciales, je me bourre pas les poumons de beuh à longueur de journée pour ensuite balancer des gamineries ineptes à des gens que j'ai kidnappé et menotté. Hein."
Mais le catalogue de remarques vulgaires près à l'emploi et à l'envoi fut interrompu par une montée de lassitude.
"Et puis qu'est-ce-que je m'en tape. Dis c'que tu veux, chacun ses délires. J'ai bien vu qu'on est autre part. Donc de deux choses l'une. J'en ai trop pris et t'es juste un délire qui va passer. Même si je me vois pas imaginer une gosse aussi insupportable que toi. Tu dis la vérité et youpi-da me voilà victime de je sais pas quelle connerie. Donc bah prouve c'que tu racontes. Au mieux j'me réveillerais, au pire je suis morte et au purgatoire pour des siècles avec des connards et j'prendrais sur moi. Oh et par tout ce que t'as de sacré, chaipas la Déclaration d'Indépendance, la Bible, pour toi la latino le positivisme, apporte-moi à boire."
A noter qu'elle avait déclaré cela avec le ton le plus plat et atone possible, regardant le vide et parlant dedans, la tête allongée et renfrognée.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Lun 6 Fév 2017 - 19:22

Victoire, elle ne se mit pas à crier. Les standards de Deliah était plutôt bas, compte tenu de tout ce qu'elle lui avait fait subir. Rien qu'un peu de bonne volonté, c'était bon à prendre.

"De la coke moi ? Ouais bah au moins c'est qu'un peu pour les occasions spéciales, je me bourre pas les poumons de beuh à longueur de journée pour ensuite balancer des gamineries ineptes à des gens que j'ai kidnappé et menotté. Hein."

Pour la première fois, la jeune combattante trouva son interlocutrice pathétique. Oui, de telles attaques étaient risibles. Qu'est-ce qu'elle essayait de faire ? Justifier sa prise de drogue, la relativiser ? Breaking news : ça ne marchait pas. Sous entendre que Deliah fumait du canabis, c'était pas plus intelligent.
En fin de compte, la rousse n'était qu'un roquet hargneux. Dangereux, peut-être, énervant, sans aucun doute, mais pertinent ? Conscient de sa propre personne ? Non, rien de cela. S'épuisait pour rien, aboyait dans le vent.

"Et puis qu'est-ce-que je m'en tape. Dis c'que tu veux, chacun ses délires. J'ai bien vu qu'on est autre part. Donc de deux choses l'une. J'en ai trop pris et t'es juste un délire qui va passer. Même si je me vois pas imaginer une gosse aussi insupportable que toi. Tu dis la vérité et youpi-da me voilà victime de je sais pas quelle connerie. Donc bah prouve c'que tu racontes. Au mieux j'me réveillerais, au pire je suis morte et au purgatoire pour des siècles avec des connards et j'prendrais sur moi. Oh et par tout ce que t'as de sacré, chaipas la Déclaration d'Indépendance, la Bible, pour toi la latino le positivisme, apporte-moi à boire."

- On va pas être très avancées, si tu crois que t'es dans un rêve. Peu importe ce que montre, tu pourras toujours te dire que c'est ton esprit qui l'invente. Tu ne voudrais pas juste accepter que je te dis la vérité ?

Mais pourquoi prenait-elle des pincettes comme ça ? Elle semblait bien loin, la combattante prête à électriser la forte tête qui lui faisait face. D'ailleurs, cela avait été diablement efficace pour se faire écouter. Elle devait peut-être continuer sur la même lancée, finalement.

- Saches également que sur cet autre monde, tous les êtres humains ont développés certaines capacités variées. On pourrait appeler ça de la magie. Et si tu ne me crois pas, je te propose de te broyer un os rien qu'avec ça : elle présente sa main, nue. Et pour ce qui est de l'eau, je ne suis pas à ton service. Tu attendras.

C'était ça aussi, qui l'avait énervée. Elle n'appréciait guère qu'on la prenne pour une serviteur. Si elle lui avait demandé poliment, elle l'aurait sans doute fait, mais vu son tempérament c'était inenvisageable. Alors elle allait la laisser poireauter un peu. Tant qu'elle parlait, elle devait pas avoir si soif que ça.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Lun 6 Fév 2017 - 22:59

Une fois n'est pas de coutume, laissons la narration à notre protagoniste.

Si je crois être dans un rêve ? Ce serait beau oui. J'aurais pas à écouter tes salades jusqu'à la fin de mes jours, ou à te supporter. A Chicago, j'avais une vanne que j'aimais sortir quand je faisais cracher des mauvais payeurs. Je leur disais qu'ils étaient dans un rêve, un rêve où j'étais une philanthrope généreuse, et que j'allais les réveiller dans la douleur. Puis je jouais avec mon flingue sans cran de sureté et ils raquaient. Mais j'ai pas de flingue. Je me souviens que quand j'étais jeune, je faisais des cauchemars, alors une fois mon père m'avait conseillé de toujours garder un bouclier dans mes rêves avec moi pour me protéger dans ces cas-là. Mais j'ai plutôt imaginé une hache, après l'avoir vu couper du bois dans la maison de ma grand-mère dans le Michigan Supérieur.

Mais pourquoi je me souviens de ça ? Ouah, j'ai eu une absence. J'ai sombré dans mes pensées au milieu d'une phrase de l'autre et je me réveille dans une autre. Elle dit quoi ?
"...magie. Et si tu ne me crois pas..."
Ouah. Elle plane sec. La dernière fois que j'ai été autant défoncée c'était quand j'avais 17 ans à une soirée du lycée. C'était dans le gymnase et j'ai attrapé un gosse de 14 piges et je l'ai balancé dans la piscine, puis j'ai claqué son frère je crois, et on m'a retenu avant que je pousse le synthé du DJ encore branché dans l'eau. Je sais plus si j'ai fini au poste ou sous la pluie sur le bord de la route, parce que celui qui devait me raccompagner avait perdu deux dents. Ah non, c'était bien au poste vu que la fois sous la pluie c'était à mes 18 ans chez une amie dont je me suis enfuie après l'avoir baisé, poursuivie par son père mormon qui a essayé de me tirer dessus avec du gros sel. D'ailleurs il m'a frôlé le pieds et je suis rentré che moi avec un lambeau de basket pendant au talon.

Ouah c'était une autre absence.
"Tu attendras."
J'ai encore loupé un bout.
Eh gamine, j'ai eu une autre absence à cause de vos saloperies de drogues de merde. t'as dis quoi ? Non attends en fait je m'en tape. Vas plutôt me chercher à boire et une preuve. Promis je serais coopérative. Tiens c'est marrant tu me fais penser à cette fille... ah non c'était un mec, quand j'étais gamine, il voulait m'acheter du shit et je lui ai pressé les couilles à la main et fait perdre un œil quand il a essayé de me violer... A moins que ce soit celui qui avait pas assez et que j'ai juste envoyé nez dans le caniveau. Putain mais vous aussi les latinos vous vous ressemblez tous.
Ouah.
Eh cocote, je délire complet. Pourtant j'avais pas commencé mon rail et c'était le premier. Vous foutez quoi dans vos sédatifs, putain d'enculés ?
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Dim 12 Fév 2017 - 17:42

Allez. Faites qu'elle arrête de faire son imbécile mal lunée....

Eh gamine, j'ai eu une autre absence à cause de vos saloperies de drogues de merde. t'as dis quoi ? Non attends en fait je m'en tape. Vas plutôt me chercher à boire et une preuve. Promis je serais coopérative. Tiens c'est marrant tu me fais penser à cette fille... ah non c'était un mec, quand j'étais gamine, il voulait m'acheter du shit et je lui ai pressé les couilles à la main et fait perdre un œil quand il a essayé de me violer... A moins que ce soit celui qui avait pas assez et que j'ai juste envoyé nez dans le caniveau. Putain mais vous aussi les latinos vous vous ressemblez tous.
Ouah.
Eh cocote, je délire complet. Pourtant j'avais pas commencé mon rail et c'était le premier. Vous foutez quoi dans vos sédatifs, putain d'enculés ?


Raté.
Deliah avait l'impression de parler à un mur. Peu importe ce quelle disait, cette fille restait bloquée sur le même disque. Insultes random, ordres, exclamations vindicatives.
Heureusement pour elle, la jeune combattante n'était pas du genre à entrer en rage berserk, prête à réduire en pâté ce qui ne lui plaisait pas. Sa colère était plutôt sourde, contenue. Elle pouvait juste serrer du poing, et ce canaliser.

Ou pas.

Oui, après tout, pourquoi faire ? Peu importe ce qu'elle disait, la rousse ne l'écoutait pas. Il fallait passer à l'action. D'autant plus que ne rien faire à présent qu'elle était passée aux menaces, cela risquait d'être pris pour de la faiblesse. Il fallait qu'elle gagne un semblant de respect de cette petite brute accrochée au lit. Au juste qu'elle se la ferme. Ouais, elle prenait aussi.

Deliah avait posé le défibrillateur de fortune, et se dirigeait à présent vers le bout du lit, au niveau des pieds. Doucement, elle commença :

- Je t'ai dis... Elle attrapa les garde corps latéraux du lit. ...que je ne suis pas... Elle souleva les deux pieds du lit, défaisant les vis qui les retenaient au sol sans forcer tant que ça - de son point de vue. ...à ton service.

Quand elle eu terminer sa phrase, le lit entier était à présent en l'air, d'une trentaine de centimètre. La jeune brésilienne souffla légèrement, l'effort n'était pas si intense mais il était continue. Doucement, pour éviter un accident, elle le fit glisser latéralement puis complètement à l'envers, de sorte que seule les menottes rattachent le corps de la jeune femme au lit. Puis, elle laissa le lit tomber par dessus, les gardes corps faisant office des nouveaux "pieds".

En retenant légèrement son geste - doser sa force n'était pas toujours évident - Deliah frappa l'arrière du lit du plat de sa main. Le métal résonna un peu, mais cela devait être bien pire juste en dessous.

- Maintenant, tu te la fermes. Tu parles quand je te pose une question, et uniquement par "oui" ou par "non". C'est clair ?

La combattante avait toujours le bras levée. Elle était prête à frapper le métal du lit autant de fois que nécessaire, ce n'était pas ça qui allait lui donner des crampes. Et la force qu'elle déploierait dépendrait du degré de vulgarité de Cairdiúil.




HRP : Tu as mon libre arbitre pour que Deliah frappe à nouveau le lit, si Agate fait encore sa forte tête^^
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Dim 12 Fév 2017 - 18:37

Ça devient intéressant.

Elle m'a fait mal aux oreilles. Bon, on reste calme. Ces tarés sont pires que des sectaires. Quand je pense qu'on a déjà décrit mon organisation comme une bande de malades mentaux. Y'a qu'à voir ce qui ce passe si on laisse des négros et des latinos se rebeller. Je me demande si elle peut vraiment me tuer. Déjà qu'elle n'a pas utilisé le défibrillateur, ce qui aurait eu des effets plutôt néfastes sur ma grossesse. Elle s'énerve et elle frappe mais y'a rien derrière.
"Ahah petite connasse si tu crois que -

Aïe. Elle m'énerve, elle m'énerve, elle m'énerve, je vais la tuer, je vais la saigner, "Je vais te saigner sale -


Ouah ma tête. Là elle a fait fort. Oh. Je suis plus attachée ? Merde, j'ai dû m'évanouir longtemps. Attends non je connais cet endroit. Mon épée, mon sweat, les portes. Je fais des rêves de drogués vraiment pas normaux. Ça ressemble à rien et d'habitude c'est jamais récurrent. Bon. J'ai toujours le détonateur. Quitte à être ici autant explorer un peu, c'est toujours rigolo de se balader dans sa défonce. Donc je ramassais mon épée et la plaçai dans mon dos puis passai la porte avec marqué "archive".
Une bibliothèque. Une grande bibliothèque. D'archives administratives on dirait. Euh, ouais. Alors j'ai connu des bad trips mais celui-là est mieux que tous. Et tellement réel. Il faudra que je leur pique des médocs pour voir si ça peut pas se commercialiser.

J'avance entre les étagères. Tiens c'est curieux quand-même, il y a quoi dans ces classeurs ? J'en prend un au hasard. Y'a juste une date de marquée. Je m'assieds par terre. Tiens mais je connais ces photos. C'était dans un entrepôt désaffecté à Detroit, je m'y étais rendue pour affaire il y a quelques mois, acheter du stock aux tongs.

Je prends un autre classeur. C'est le lendemain. Un autre, le surlendemain. Je change d'étagère, quelques semaines plus tôt. Il y a des objets qui traînent parfois en face des classeurs, souvent des trucs qui ont eu de l'importance ces jours-là. Un livre d'école que j'avais perdue et retrouvée. Les lunettes d'une ami. Un cran d'arrêt. Un ticket de cinéma.

Tien j'ai un autre truc dans ma poche. Un smartphone. Okay. Il joue une vidéo. C'est une sorte d'enregistrement. J'entends une respiration bruyante, une voix floue qui me fait penser à celle de la latino et un coin sombre. Mais c'est moi ça ! Je vois à travers mes propres yeux dans le monde réel ! Bon ça suffit les conneries, on sort. J'active le détonateur.


Il est temps de reprendre la narration. Agate prit une grande inspiration. Elle parlait avec une certaine difficulté, sans doutes parce que sa position était très inconfortable, qu'elle sentait des crampes venir et qu'elle pouvait à peine lever la tête, donc la mâchoire.
"Rah merdeu je me suis bavé dessus... T'es encore là toi ? Rah merde... Reuh, reuh, eh miss coatrack, j'ai été absente combien de temps ?"
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Ven 10 Mar 2017 - 17:44

Ma rentrée à été plus contraignante que prévu ><
J'essaye de reprendre le rythme d'une réponse par semaine minimum \o/

A la nouvelle absence de l'américaine, Deliah se demanda si elle n'y était pas allée un peu trop fort. Son cerveau devait être un plein retour de drogue et/ou de médicaments, alors le faire résonner brutalement ne devait pas l'aider à aller mieux. Quoique, cette fois encore elle ne put s'empêcher de se dire que le calme total résultant de cet état second était assez agréable. Obliger les grandes gueules à la boucler, c'était très satisfaisant...

Non, non, non. Il ne fallait pas apprécier le malheur des autres. Plutôt vérifier qu'elle n'allait pas lui claquer entre les mains.
Elle se baissa donc près du corps inconscient de la jeune femme et fixa son ventre, sa poitrine, sa bouche. Un mouvement régulier l'agitait, et elle pu en déterminer qu'elle respirait. Toujours, toujours, checker la respiration. C'était tout ce qui importait, quand une personne avait trop bu, ou bien faisait une overdose. En plus, maintenant qu'elle avait retourné le lit, sa tête était orientée vers le bas. Le vomi potentiel qu'elle rejetterait irait sur le sol, et ne resterai pas coincé dans sa bouche ou sa trachée. Parfait.

Deliah se releva, et pianota sur l'hologramme venant de son communicateur, au niveau de son avant-bras. Elle prenait l'habitude de l'utiliser, puisque c'était une nécessité pour une membre de la Défense. Faire ses rapports, signaler un problème, recevoir ses missions... Oui, c'était bien pratique.
Cette fois-ci, elle l'utilisait pour signaler les absences à répétition de la Cairdiúil. Cela lui semblait suffisamment anormal pour qu'elle en informe les médecins. Cependant, elle ne signala pas le problème comme urgent, du moins pour l'instant.
Une fois cela fait, elle copia le tout dans son rapport à la Défense, qu'elle enverrait une fois repartie. Normalement elle n'écrivait rien au milieu d'une mission, mais bon... Ce n'était pas comme si elle risquait d'aller bien loin.

Ensuite, Deliah se baissa une seconde fois, reproduisant le même manège. Il valait mieux vérifier la respiration régulièrement, si on ne voulait pas de mauvaise surprise. Rien n'avait changé.

- Eh ben, on est pas rendu... soupira-t-elle.

Peut-être que du Pays des Merveilles, la rousse l'avait entendue. Ou bien ce n'était qu'une coïncidence. Toujours était-il que sa voix mélodieuse se remis à résonner dans la pièce.

"Rah merdeu je me suis bavé dessus... T'es encore là toi ? Rah merde... Reuh, reuh, eh miss coatrack, j'ai été absente combien de temps ?"

Non, elle ne rêvait pas ? Elle s'était véritablement adressée à elle correctement. Bon, si on excluant son surnom moyennement agréable et les "merde" d'interjection. Mais c'était un pas en avant.
Super, si elle tapait suffisamment de fois derrière sa tête, elle finirait peut-être même par lui parler poliment. On peut toujours rêver.

- Mon nom, c'est Deliah. Bon, elle attendait pas grand chose, de ce côté là. Elle prenait Miss Coatrack, si elle devait choisir entre ça et des insultes. Tu es restée inconsciente dix/quinze minutes... J'ai prévenu les médecins, ils verront bien si c'est la drogue, les sédatifs ou je ne sais quoi. Sinon... t'es capable de participer à une conversation ou ça sert juste à rien ?

Il y avait un double sens à sa question, il lui semblait clair. Déjà, toute discussion serait largement limitée si l'un des protagonistes passait la moitié de son temps dans les vapes. Et puis, Deliah en avait sa claque de l'américaine. Si elle reprenait le même ton qu'avant, elle lui mettrait un dernier taquet et elle s'en irait. La faire poireauter une heure ou deux dans cette position lui ferait -elle espérait- reconsidérer sa manière de s'adresser à elle.

Ah non. Il y avait ses fichus absences dont elle risquait de finir par ne pas se réveiller.

Foutue conscience.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Sam 11 Mar 2017 - 16:22

Quand son interlocutrice déclina son nom, Agate ne put réprimer un "Personne n'est parfait." à peine discret. Puis à la question, elle répondit avec sa sobriété coutumière ponctuée d'un petit ricanement.
"Rah mais euh je suis pas raide, si j'ai des absences c'est à cause de vos saloperies. Ouais sinon je te dirais bien dans ma position d'aller te faire foutre, tu vois. Et j'veux dire position genre comment tu m'as foutue, pas position hiérarchique. Non parce que j'ai bien compris que tu fais ta petite chef, hein, hein gamine, à tabasser des femmes enc..."
Plus ça allait plus son ton devenait excessivement agressif. Mais c'est qu'Agate en avait pleinement conscience et voulait plus vérifier quelque chose, qui ne relèverait pas de la susceptibilité de son interlocutrice.

Et ça avait fonctionné car elle fut coupée au milieu d'un mot par une autre absence. Épée, porte, salle, vidéo, détonateur, la routine. Agate n'y resta pas plus d'une petite minute cette fois-ci.

"Reuhahrgleu. Ouais alors j'ai compris un truc je crois. Tu disais quoi tout à l'heure à propos de magie et je sais plus quelles conneries là ?"
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Lun 27 Mar 2017 - 7:26

Ça pourrait être pire, se dit Deliah. Elle se le répéta encore, lorsque la transférée continua de parler, sans respect mais sans insulte. Ça pourrait être pire.
En fait, la valeur étalon était tellement élevée que ce n'était pas compliqué, d'être moins pire. Il y avait une certaine résilience qui s'était développée... même si elle était toujours prête à la secouer un peu, si une valeur seuil - totalement arbitraire - était dépassée.

Enfin, dans l'histoire, elle n'arrivait pas à déterminer ce qui arrivait le plus souvent : les vociférations ou bien les absences. Encore une fois, l'américaine semblait avoir perdue conscience. Cela devenait vraiment bizarre, voire inquiétant. Il fallait espérer que ça ne durerait pas, ou bien elle risquait un jour de se retrouver dans les pommes face à un Ursaï affamé. Elle ne donnait pas très cher de sa peau, dans ce cas.
En fin de compte, si elle risquait la quarantaine, c'était moins pour sa dangerosité que pour sa potentialité à mourir stupidement...

Cependant cette fois-ci, Deliah n'eut pas le temps de s'inquiéter outre mesure. Le retour à elle arriva assez vite, si bien qu'elle se dit qu'il y avait de l'espoir. Elle était peut-être en rémission, et aurait des absences de plus en plus courtes et espacées... Même si elle n'avait toujours pas idée de ce qui lui arrivait exactement.

"Reuhahrgleu. Ouais alors j'ai compris un truc je crois. Tu disais quoi tout à l'heure à propos de magie et je sais plus quelles conneries là ?"

La jeune fille hausse les sourcils. C'était pour le moins inattendu. Qu'avait elle donc compris ? En rapport avec la magie ?

- Chaque personne ici développe des capacités spéciales... de la magie, basiquement. Chez moi, c'est la force et l'endurance, mais ça peut être des choses très variées : maitrise de la gravité, d'un ou plusieurs éléments, télékinésie... Maintenant, tu y crois ?

Pour le coup, c'était plus une question rhétorique qu'autre chose. La rousse ne pouvait pas avoir manqué la façon dont elle l'avait soulevé, elle et le poids de son lit. Et Deliah n'était pas assez musclée pour qu'on puisse penser qu'elle était juste très forte... à moins d'être particulièrement bornée, ce qui restait possible avec cet engin là.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Agate Cairdiúil le Dim 2 Avr 2017 - 22:23

« Quoi ? Bah nan, j'y crois pas, je le sais. T'es un peu une allumée du bocal nan ? Ah mais ça doit être un truc de positivistes ça, de croire en la science. Ehuheuh. Ouais bon du coup je connais mon truc. Toi, ça doit être d'avoir la force d'une grue avec le corps d'une grue. L'oiseau. Oh aller fais pas cette tête quoi elle était drôle, merde. »

Les choses n'allaient pas si mal, finalement. Se réveiller avec un pouvoir, voilà qui pouvait s'avérer utile. Il ne lui restait plus qu'à faire faux bond à cette bande de hippies et de rejoindre Chicago. Mais déjà, il faudrait être gentille. Oh quelle horreur. Comment on fait pour être gentil avec des gens qu'on a envie de voir pendus par les pouces ? Agate se souvenait d'une discussion comme ça avec un psy, c'était amusant, elle devait avoir répondu un truc comme « penser à par où on le pendra plus tard et se dire que ça vaut le coup d'attendre ».
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Deliah Leucosie le Sam 29 Avr 2017 - 18:44

La réponse de l'américaine était toujours aussi cinglante, mais au moins cela allait dans le bon sens. Le dialogue était possible ! Incroyable ! Ouais, Deliah ironisait un peu, même si habituellement ce n'était pas son genre. Après leurs altercations, elle avait du mal à reprendre la bonne humeur qui lui seyait pourtant bien mieux.

Elle décida quand même de faire un petit geste vers Agate, histoire de montrer que la bonne volonté servait à quelque chose.

- Bon... Je te relève et on reprend.

Ce n'était pas très pratique de parler à quelqu'un sous un lit retourner, fallait l'avouer. Et cela devait être encore moins pratique pour la "patiente", pour sûr.
Sans trop d’à-coup, Deliah remis donc le lit sur pied. Cela ne dût pas non plus être très agréable, mais elle essayait dit aller plus précautionneusement que quand elle l'avait renversé. Une fois la tâche terminée, elle reprit :

- Bien. Tu peux donc comprendre que dans ce contexte, on fasse attention à qui débarque, quand un nouveau se fait transférer. Plusieurs questions, du coup. Pourquoi as tu été transférée avec une épée ? Tu sais t'en servir ? Et comment t'es tu retrouvée en possession de cocaïne ?

Elle ajouta à ces questions une remarque mentale : Agate semblait avoir découvert ses pouvoirs, du moins le pensait-elle. Il faudrait que les membres de la santé se penchent là dessus et l'aide à les développer, si c'était bien le cas. Elle, c'était pas son job. Moins elle verra cette fille, mieux elle se porterait, ça c'était clair.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: [PV] C'était pas le Chicago Police Dept.

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Général
Détails
HRP
 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum