Furry (Elenna Keegan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Furry (Elenna Keegan)

Message par Elenna Keegan le Mer 13 Juil 2016 - 19:23

Furry (Elenna Keegan)




Elenna Keegan
Furry • 22 ans • Franco-Britannique • Défense
__________________________________________________________


Physique & Apparence

" La vraie beauté est si particulière, si nouvelle, qu'on ne la reconnaît pas pour la beauté. "

Vous voyez cette petite tornade là-bas à la chevelure de feu ? Elle s'appelle Elenna, mais seuls ses proches sont autorisés à l'appeler par son prénom. De petite taille, frôlant à peine le mètre soixante, son corps arbore une silhouette fine et élancée. Bien qu'elle fasse facilement une ou deux têtes de moins que ses frères d'armes, elle n'en est pas plus fragile. Une agilité et une souplesse certaines imprègnent ses mouvements pour lui donner une allure dangereuse et sauvage. Mais ne vous y trompez pas, malgré des airs de fillette, une force étonnante s'échappe de ce petit être.

Dans ses mouvements de guerrière, de longs cheveux roux forment une cascade jusqu’au creux de ses omoplates, donnant l'impression d'embraser tout son dos. Les traits de son visage sont fins et sa peau hâlée par le soleil. Quelques tâches de rousseurs parsèment son visage, accompagnant sa chevelure de feu à merveille. Comme elle attache souvent sa crinière lors de ses journées de labeur, de petites oreilles rondes et percées viennent encadrer sa frimousse. De fins sourcils filent vers ses tempes dans une ligne parfaite lui donnant un air sévère. Un nez droit et aquilin trône au milieu de son visage, ajoutant à son visage un côté froid et stricte.

Son sourire est simple mais il sera rare pour vous de l’apercevoir. Ses lèvres roses sont plus souvent victimes de rictus ou de ses dents blanches, qu'elle utilise pour mordre dedans à chaque contrariété ou réflexion un peu trop poussée. Derrière quelques mèches rebelles, son regard se cache, distant, glacial, moqueur. Ses grands yeux sont d'un vert émeraude à en faire jalouser plus d'une. Il ne sera pas exceptionnel pour vous d'y croiser des éclairs. La belle porte un regard méfiant sur le monde, sur les gens, sur tout ce qui peut l'entourer, à croire qu'à un moment de sa vie, tout a changé.

Si la tenue de soldat lui va à ravir, la jeune femme préfère ses jours de repos où elle peut rester pieds nus et laisser ses jambes à porter de la brise. Vous la croiserez avec un short en jean et un débardeur ou un gros sweat pour lui tenir chaud. Elle reste simple et discrète dans ses tenues. Le long de son buste, sur le côté gauche de son corps, trône un tatouage de loup, représentant son frère de cœur décédé.

Même si elle semble aux premiers abords sans trop de défauts, son physique en dissimule certains. Quelques petites cicatrices parcourent son corps. Allant d'un simple écorchement au genou à quelques anciennes blessures, il faut dire que la vie est rude lorsque l'on s'occupe de la défense d'une ville perdue au milieu de nulle part, dans un endroit inconnu où nombre de choses plus terrifiantes les unes que les autres attendent dehors.

Vous pourriez aussi la croiser sans la reconnaître, méfiez-vous des apparences, elles sont parfois trompeuses...


Caractère & Morale
" Mieux vaut un mauvais caractère que pas de caractère du tout. "

Elenna est une jeune femme au caractère bien trempé. Têtue comme une mule, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et encore moins par les hommes qui ont tendance à se penser supérieurs à elle. Son fort caractère l’a aidé à s’intégrer plus facile dans son secteur mais sa capacité à changer d'humeur rapidement peut aussi mettre des barrières à certaines relations.  Quel que soit le contexte ou le sujet d’une discussion, elle dit toujours ce qu’elle pense. Et si elle n’est pas écoutée ? Elle grimpera sur une table pour crier encore plus fort. S’il le faut, la belle n’hésitera pas à mettre un ou deux coups de poing bien placé pour se faire entendre.

La soldate aime la sincérité et n’a pas sa langue dans sa poche. Elle préfère les paroles honnêtes et franches à celles qui sont dîtes dans son dos. Mais malgré ce regard, une âme sensible est cachée au plus profond d'elle, mis sous un tas de souvenirs qu'elle veut oublier. Si elle avait un coeur à une époque, elle a décidé de ne plus s'y fier, abandonnant derrière elle ceux qui auraient besoin de son soutien. Sa fierté est importante mais l'avis des autres lui importe peu. Elle a tendance à ne pas écouter les remarques des autres qui viennent rebondir directement sur la carapace qu'elle s'est forgée.

Toujours partante, la demoiselle ne compte plus le nombre fois dans le pétrin. Sii elle fut sage et réfléchie à une époque, elle ne l'est plus, elle fonce souvent sans réfléchir à l'assaut du danger. Pour Elenna, l’attachement est une absurdité, une incitation à la douleur. Ce serait un moyen pour ses ennemis de la toucher, de l’atteindre. Elle préfère donc avoir des connaissances et évite les amitiés et relations amoureuses. La petite femme aime plus que tout son indépendance et sa solitude. Elle a souvent besoin de se retrouver seule pour réfléchir, souvent l’arme à la main. Les expéditions à l'extérieur sont pour elle, le meilleur moyen de se défouler et d’extérioriser tous ce qu’elle peut ressentir et dont elle ne parle à personne. Trop occupée à s’entraîner, elle passe la plupart de son temps à défier ses collègues. Elle vit maintenant dans l’optique d’œil pour œil, dent pour dent, ainsi ce qui est à elle, est à elle. Aussi, la soldate profite de chaque jour comme s’il était le dernier.

Elen aime passer du temps avec son escouade, étant ce qui ressemble le plus à des amis. Cependant, lorsqu’elle est d’une humeur massacrante, mieux vaut éviter de l’approcher si vous ne voulez pas voir votre vie écourtée. Son caractère fort est encore plus développé quand on l'a met en colère. Elle s’énerve extrêmement vite, étant trop impulsive, et malgré les années, cela ne change pas du tout.

Derrière ce caractère de m*rde, ses souvenirs la tourmentent souvent. Etant maintenant seule, elle se sent souvent abandonnée par la seule personne qui la comprenait. Pour remédier à cela, Elenna combat et passe ses soirées dans les casernes à parler stratégies et dangers. Elle aime se moquer des autres et fait tout pour fuir les rires, la bonne humeur qui la dégoûte maintenant.


Histoire
" La vie est un combat, accepte-le "

- Avant le transfert -
Le soleil se levait à peine sur la capitale française lorsque l’existence d’Elenna débuta. Les rayons baignaient déjà chaque ruelle de leur tendre chaleur malgré que la saison froide vienne à peine de se terminer. Le vent sifflotait doucement, les branchages créant une mélodie naturelle comme pour annoncer la venue d’un nouvel être à la crinière aussi rousse que le cœur de l’astre solaire lui-même. A croire que la Terre fêtait la naissance d’une petite poupée déjà tant aimée. Chaque oiseau chantait le printemps, chaque feuille renaissait doucement, chaque sourire reprenait vie sur les visages endormis par le froid.

L’enfance de la rouquine fut simple, même trop facile. Entourée par des parents aimants, choyée par des grands-parents gagas d’elle, surprotégée par un papa poule et câlinée par une maman à la voix aussi douce que sa peluche préférée. Fille unique de parents enfant unique, elle fut le centre d’attention de bien des personnes qui ne cessaient de complimenter sa chevelure de feu et ses grands yeux émeraudes, toujours grands ouverts pour être sûrs de ne rien manquer de la vie. Les anniversaires étaient de véritables journées de fête, sans parler de Noël et de tous les chocolats en tout genre qui accompagnaient le jour destiné à la base à une religion qui était maintenant celui qu’utilisait petits et grands pour se goinfrer. C’était une petite princesse dans un conte de fée.

Malheureusement, Elenna apprit bien trop vite que les contes de fée n’existaient pas. Caroline, sa mère, pure française, était professeur de français en lycée et université, enseignant à sa fille le respect de la littérature française et l’amour des lettres. James, britannique, était militaire depuis déjà quelques années, travaillant pour les forces armées de l’Europe. Si elle racontait tous les soirs ses journées de boulot, lui ne parlait pas vraiment, écoutant attentivement sa femme et sa fille conter leurs histoires. Il posait toujours un regard empli de tendresse sur les deux femmes de sa vie et lorsque la rouquine le voyait faire, elle souriait, lui envoyant un baiser du bout des doigts. Elenna ne voyait pas souvent son père, et encore moins depuis quelques mois. Il était envoyé en mission top-secrète quelque part en Afrique, ce qui ressemblait plus à une mission suicidaire. Ses permissions étaient rares et un jour, l’année des 17 ans de sa chère et tendre fille, il ne rentra pas. Des hommes en uniforme vinrent sonner à la porte de leur maison, le visage de Caroline se déforma sous la souffrance et les larmes se mirent à couler sur son visage. Il ne fallut qu’un dixième de secondes à la jeune fille pour comprendre. Agrippée à la rambarde de l’escalier, elle s’y raccrocha encore plus fort pour remonter dans sa chambre, laissant de petites perles salées inonder son visage. Ce jour-là, elle avait perdu son père, son héros, son meilleur ami….

Une année passa, puis une autre. Alors que Caroline noyait son chagrin dans l’alcool, Elenna elle le faisait dans le travail. Son père lui avait toujours dit que quoiqu’il arrive, elle devait vivre, continuer de respirer et d’exister, de profiter et de s’amuser. Entourée d’amis, la jeune femme suivait les conseils de son géniteur, passant la plupart de son temps hors de chez elle pour ne pas voir sa mère sombrer dans une maladie qu’elle ne parviendrait certainement plus à soigner. Elle rentrait seulement pour dormir, aidait sa mère à grimper l’escalier pour rejoindre son lit, nettoyait le vomi que cette femme si forte autrefois laissait sur le tapis du salon et mangeait un bout avant de replonger son nez dans ses bouquins. La rouquine était passionnée par l’évolution, les inventions et faisait preuve d’une grande intelligence et maturité pour son âge. Mais elle ne se sentait pas à sa place, obligée de s’occuper de sa mère comme s’il s’agissait d’une enfant, étudiant la journée, travaillant le soir dans un petit bar pour payer ses études et quelques factures… Il lui arrivait souvent de rêver à un lendemain meilleur, à un avenir ailleurs. Il faut croire que ses vœux furent entendus…

- Le transfert -
C'était un matin comme un autre. Sa mère dormait encore, certainement bordait par son dégueulis dans les draps qu’elle partageait autrefois avec l’homme de sa vie. La belle rousse prit une douche rapide, coiffant sa tignasse rebelle avant d’enfiler quelques vêtements, son sweat adoré et de glisser son sac en cuir sur son épaule. Si aujourd’hui aurait pu être un jour de repos, elle avait profité de son absence de cours pour prendre une journée de plus au bar où elle travaillait. C’était un endroit lugubre qui lui rappelait cette chose qui rongeait sa mère. Les gens venaient là de bon matin, demandant une bière ou un café accompagné de whisky, se soulant la gueule avant même d’avoir pu ouvrir les yeux complètement. C’était pathétique, de quoi rendre malade une personne saine d’esprit. Elenna soupira avant de pénétrer dans le bar, se mettant directement au travail derrière son comptoir, prête à supporter les avances perverses de vieillards puant l’alcool et la pisse.

Et la journée fut longue, très longue, trop longue. Ce fut à bout de forces, les muscles endoloris et le moral dans les chaussettes que l’étudiante quitta enfin cet endroit malfamé. Rejetant sa capuche sur son visage, sa petite silhouette se mit alors à déambuler dans les rues parisiennes, priant pour rejoindre son chez elle sans encombre. Malheureusement, le destin semblait lui jouer des tours car bien vite, deux hommes surgirent derrière elle d’une ruelle trop étroite pour paraître autrement que louche. Bien qu’habituée à ce genre de cas, Elenna accéléra l’allure, marchant de plus en plus vite alors que derrière elle, les voix des bourrins retentissaient, l’apostrophant comme ils l’auraient certainement fait pour une prostituée. Sans plus attendre, elle s’élança, courant aussi vite qu’elle le pouvait et ne s’arrêta que lorsque ses poumons en feu vinrent lui tirer la sonnette d’alarme. Ils n’en pouvaient plus, et elle non plus.

Se jetant derrière une grosse poubelle qui faisait au moins trois fois sa taille, la jeune femme plaqua sa main sur sa bouche pour dissimuler tant bien que mal sa respiration haletante et le bruit de son cœur qui battait la chamade. Mais les pas se rapprochaient déjà, vicieux, dangereux, ils étaient là. Mais ce fut un sentiment étrange qui vint prendre Elenna aux tripes, lui filant une nausée sans nom, une de celles que sa mère devait avoir tous les jours. La tête lui tournait et le monde semblait devenir de plus en plus petit autour d’elle. Petit à petit, tout devint noir autour d’elle, sombrant dans un vide qu’elle ne connaissait pas. Les hommes approchaient toujours et encore mais lorsqu’ils arrivèrent à la cachette de leur proie, elle n’était déjà plus là.

- Après le transfert -
Il y avait maintenant un an qu’Elenna s’était réveillée dans une salle d’infirmerie plus blanche que blanche. Il y avait maintenant qu’elle avait découvert ce nouveau monde qui l’entourait, ce monde où elle pouvait tout recommencer à zéro sans avoir à vivre avec le poids des erreurs de sa mère sur les épaules. Il y avait maintenant un an, elle avait rencontré celui qu’elle considérait comme son frère. Ashton et elle s’étaient réveillés dans le même dortoir, au même moment, tout aussi perdu l’un que l’autre. Ils avaient ensemble fait leurs premiers pas dans cette nouvelle vie, apprenant chaque minute, chaque jour, comment survivre ici, ce qu’ils étaient, ce qu’ils allaient devenir.

Si Ashton fut envoyé dans le secteur de la Défense certainement grâce à sa carrure d’athlète et son passif de grand sportif, Elenna fut elle assignée au secteur de la Recherche, pour son plus grand plaisir. Mais malgré leurs occupations différentes, les deux jeunes gens ne se perdaient pas de vue, se voyant dès qu’ils le pouvaient, se racontant leurs journées comme la belle le faisait avec son père dans sa vie antérieure. C’était l’idée que se faisait la rouquine d’un grand frère et il faut dire que le soldat remplissait ce rôle à merveille. Il était d’ailleurs le seul à connaitre le passé de la chercheuse. Et tous les jours, lorsqu’il partait travailler, elle était prise d’une peur inexplicable, celle de ne plus jamais le revoir. Mais le destin ne pouvait pas être si cruel, il lui avait déjà pris son père, il ne pouvait pas la faire souffrir plus, si ?

Eh bien, si. Alors que la belle rousse travaillait sur un projet liant l’artisanat à la santé, un gars de son âge vint la déranger. Il portait ce brassard autour de son bras. La défense avait besoin d’elle ? Ils avaient une nouvelle idée innovante ? Son air enjoué se retrouva bien vite dans les oubliettes lorsqu’elle croisa le regard de ce pauvre garçon, chargé de venir annoncer la nouvelle. Elenna connaissait cette expression, elle l’avait déjà vu, lorsque son père avait disparu, lorsque la mort l’avait emporté. Son sourire se figea, déjà légèrement secouée par un tremblement qui annonçait l’ouverture des trappes. Non, pas lui, pas encore. Elle écouta attentivement le garçon faire son rapport. Ashton avait fait une expédition avec son escouade, il avait donné sa vie pour sauver celle d’un gamin qui s’était retrouvé face à l’une de ses bêtes que l’on n’ose même pas imaginer. Il s’était interposé et un coup de patte avait suffi à lui briser la nuque, le tuant sur le coup. Le visage de la demoiselle était froid, distant. Elle ne laissa pas s’échapper les larmes qui menaçaient. Elle fit juste un hochement de tête, remercia le soldat avant qu’il ne prenne la poudre d’escampette et se remit au travail.

Ce jour-là, la jeune femme décida de ne plus faire de cadeau à cette vie qui lui prenait tous ceux qui lui étaient chers. Son caractère changea du tout au tout, la petite fille rieuse devint une jeune femme froide et sans cœur. Peu à peu, elle enchaîna les conneries au sein du secteur recherche, ne mettant plus aucun cœur à l’ouvrage, préférant passer son temps à s’entraîner, à courir, à oublier. Si ses supérieurs la prévenaient du danger ambulant qu’elle devenait, ils lui annoncèrent aussi qu’elle ne pourrait plus faire partie de leur secteur, qu’elle serait exilée. Mais peu lui importait. Elenna n’était plus la fillette rousse, guidée par ses émotions et ses craintes. Et la sentence tomba un jour. Elle fut convoquée par le Conseil qui demanda suite à son entretien un examen psychologique. Etait-elle réellement devenu un danger pour cette cité qui ne tentait que de survivre ?

Dans leur grande miséricorde, le Conseil demanda un transfert, envoyant la rousse au secteur Défense. C’était là sa dernière chance, le moment de montrer ce qu’elle valait réellement, le moment de voir si elle n’était tout simplement pas destinée à quitter cet endroit pour retrouver les bêtes qui avaient tué son frère, qui avaient anéanti son cœur. Dans cette décision, Elenna se sentit revivre peu à peu, retrouvant le secteur qui avait assassiné son meilleur ami. Elle y voyait là une revanche. Si la fatalité avait réellement une dent contre elle, peut-être tenterait-elle sa chance pour l’éliminer tout simplement. La nouvelle soldate fut assignée à une escouade sous les ordres d’un certain Erik qui serait à partir d’aujourd’hui, son supérieur, celui qui l’enverrait au casse-pipe.


Inventaire
" Les biens superflus rendent la vie superflue. "

Sac en bandoulière en cuir : Il y a dedans tout ce qu'une jeune femme peut avoir dans son sac à main : un smartphone dernière génération, une paire d'écouteur, une trousse de maquillage, un paquet de kleenex, une lime à ongle, un porte-monnaie avec quelques euros dedans, un spray au poivre, une paire de lunettes de soleil et un petit bloc-notes rempli de récits fantastiques et de dessins gribouillés.

Sweat noir à capuche : C'est l'habit préféré d'Elenna. Il est à la fois chaud, doux et protecteur, portant encore le parfum de sa vie passée. Il n'est pas rare de la voir avec ce sweat sur le dos, les mains dans la poche ventrale et la capuche sur la tête. Dans le dos de celui-ci, un gros Pikachu jaune est dessiné, vestige de son enfance.

Karambit Doppler : Il est le seul souvenir qu'elle a de son père, mort lors d'une guerre dans l'un de ses pays où la paix ne semble jamais acquise. Il était comme toujours, fermement attachée à sa ceinture lors de son transfert. S'il lui avait été confisqué à son arrivée, il semble que quelqu'un ait fait pression pour qu'on lui rende lorsqu'elle fut transférée dans le secteur de la Défense.


Pouvoir
" Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose. "

Le pouvoir d'Elenna touche directement à son physique, dans le domaine de la magie biologique. Certains appellent ça la métamorphose, la jeune femme elle l'appelle juste son "don". Elle a donc la faculté de pouvoir modifier son corps à volonté, que ce soit partiellement ou entièrement. Elle a d'abord expérimenté les transformations sectorielles, changeant ses yeux, ses oreilles ou même la couleur de ses cheveux avant de se lancer dans des tests plus variés et certainement plus dangereux.

Lors de son arrivée dans ce nouveau monde, la jeune femme a mis plusieurs semaines à détecter quel était ce pouvoir dont tout le monde parlait ici. Certains s'amusaient avec les émotions, d'autres avec le temps alors que les derniers jouaient avec le feu. Elle, elle n'avait rien. Mais peu à peu, avec le temps, ce fut ses collègues remarquèrent les changements. Au début, les émotions fortes étaient seules déclencheurs de son don, faisant virer ses yeux au noir lorsqu'elle était en colère ou colorant ses cheveux en bruns lorsqu'elle se concentrait sur son travail. Elle fut la première étonnée lorsqu'elle se croisa dans un miroir avec une crinière brune ou blonde ayant remplacée ses mèches enflammées.

Peu de temps après, d'autres changements plus importants advinrent. La rousse se réveillait en pleine nuit, une paire d'oreilles animales sur le haut de sa tête, des yeux en fentes comme les félins ou même des mains palmées. Elenna fut d'abord prise de panique, pensant qu'elle allait se retrouver enfermée dans le corps d'une bête quelconque malgré elle alors elle frottait, encore et encore. Lavant ses mains à se les faire saigner, se grattant le crâne à en avoir mal à la tête, clignant des yeux un nombre incalculable de fois le temps d'une seule petite minute. Mais rien ne faisait passer ce phénomène. Heureusement, le secteur de la santé la reçut et après plusieurs examens la rassura quelques peu. Aucune maladie, aucun maux, bref, elle allait vivre et avec un peu de chance resterait humaine.

Acceptant sa nouvelle capacité à transformer son corps, Elenna passa des heures et des heures à ré-apprendre comment se servir de celui-ci, à le comprendre et peu à peu, la jeune femme parvint d'abord à prendre partiellement des attributs animaux avant de réussir enfin à prendre une apparence complète. Les mammifères communs furent les plus faciles, chiens, chats, loups, félins en tout genre. Les aves ensuite, bien que voler fut un apprentissage long et douleur, suite à de nombreuses chutes, pour finir par les animaux aquatiques qui lui apprirent à mettre ses instincts de côté et à respirer sous l'eau.
Avec le temps, la jeune femme remarqua que chaque transformation l'affaiblissait. Si elle pouvait tenir une journée complète avec des oreilles de lapin, les métamorphoses complètes étaient plus fatigantes, lui aspirant son énergie vitale et lui donnant un vilain mal de crâne, ne lui laissant la possibilité que de faire ça pendant quelques heures. De plus, si un loup, une biche ou un chien qont plus accessibles, les gros animaux comme les ours ainsi que les petits comme les souris, demandent plus de ressources à la jeune femme, la transformation ne durant environ qu'une heure.

Depuis peu, les mutations humaines étaient sa principale occupation, sa principale expérience mais elles s'avéraient bien plus compliquées. Si elle connaissait par coeur l'anatomie humaine, prendre le physique d'une autre personne lui était impossible, elle ne devenait qu'une pâle copie mais la différence restait flagrante. Modifier ses yeux, sa mâchoire, sa taille, cela restait basique et simple mais prendre une apparence totalement différente de la sienne lui absorbait toutes ses forces. Poussant ses essais toujours plus loin et après une heure dans le corps d'une autre personne, Elenna tomba inconsciente avant de se réveiller pour cracher du sang et régurgiter tout le contenu de son estomac, la mettant dans l'incapacité totale à faire quoi que ce soit.






Call me... Elen ♪
21 ans
_________________________


As-tu déjà fait du RP ? Si oui, sur quel support ?


   Bah voui bien sûr ! Sur plusieurs forums RPG.

Souhaites-tu avoir un(e) "instructeur(trice)" afin de te guider ?


   J'ai déjà Chef Ririk !

Tes passions et passe-temps :


   Lire, écrire, chanter, graphisme, papoter, commérer, toussa quewa.

Comment es-tu arrivé(e) là ?


   Wesh c'moi qui ai fait le design alors calme toi avec tes questions...



Dernière édition par Elenna Keegan le Mer 20 Juil 2016 - 17:26, édité 18 fois


Général
Détails
HRP
avatar
Administratrice
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Sanwa Cori Orwell le Mer 13 Juil 2016 - 20:15

Ow, bien joué pour les designs -donner naissance et couleurs à un monde, c'est pas donné à tout le monde.

La demoiselle a l'air sympathique, je pense que nos rencontres seront intéressantes... aww

Ha, et...
BIENVENUE!

*fuit avant de se faire balayetter par Erik*

Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Erik Vargas le Mer 13 Juil 2016 - 20:54

Hoy !

Bienvenue officiellement, du coup ! (oui on l'attendait, ta fiche, tout d'même !)

Pour l'instant ça va, j'attends la suite avec impatience (même si je connais déjà 90% de ton personnage, on va faire genre j'suis trop hypé).

T'en fais pas Sanwa, j'te la laisse, tant qu'elle reste opérationnelle pour bosser dans le secteur de la Défense... Ou que toi tu y survives... Parce qu'après j'serais obligé de l'enfermer, l'enchaîner et compagnie... C'pas très efficient >.>

Mouarf, aller à plush !
Général
Détails
HRP
avatar
Administrateur
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Elenna Keegan le Jeu 14 Juil 2016 - 3:29

Pliplop ♪

Moh Love

Merci pour vos gentils petits messages vous deux. Ce sera avec plaisir Sanwa pour faire une petite rencontre :)

Erik, coupain... c'est fini ! Tu peux lire tout ça et me valider au passage hihi.

Bisous Hug
Général
Détails
HRP
avatar
Administratrice
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Erik Vargas le Jeu 14 Juil 2016 - 4:08

Après lecture approfondie de ta fiche, j'ai le regret de t'annoncer que tu es validée, tu ne peux désormais plus fuir...

Comme tu as décidé d'intégrer le secteur de la Défense, eh bien soit ! Fais gaffe à ne pas mourir trop vite, tout de même, hein, ton sergent aura mieux à faire qu'à se démener pour sauver tes petites fesses velues.  Jump

Pour ce qui est de l'habitation, tu seras dans la même que moi, le bâtiment réaffecté.

Et maintenant ?

Dorénavant que tu es validé-e, tu as accès à toutes les zones de RP. N'oublies pas d'aller faire recenser ton personnage dans le listing des avatars, ainsi que les capacités de celui-ci dans le listing des pouvoirs.

Ton personnage ayant une certaine ancienneté en tant que survivant, tu peux déjà jeter un œil à ce sujet afin de savoir comment la cité est organisée, quels sont les détails de la société, ainsi qu'une brève chronologie connue de tous. N'hésite pas à aller voir les Demandes de RP si tu as envie d'établir des liens avec d'autres personnages avec une certaine ancienneté dans la cité.

Ensuite, n'hésite pas à t'informer dans le Compendium sur certains sujets : ton personnage ayant déjà été transféré depuis un certain temps dans la cité, il peut avoir certaines connaissances... Mais attention, reste raisonnable, personne n'apprécie les monsieur ou madame je-sais-tout. Essaie de garder une certaine cohérence en fonction de l'activité de ton personnage et de ses centres d'intérêt.

Pour plus d'informations, n'hésites pas à poser des questions dans la Zone de communication.


Dernière édition par Erik Vargas le Jeu 14 Juil 2016 - 16:14, édité 1 fois
Général
Détails
HRP
avatar
Administrateur
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Neel le Jeu 14 Juil 2016 - 11:31

J'hallucine la nana elle arrive et les mecs se battent déjà pour elle quoi. Pff.

( t'es re-là alors ça vaut quand même la peine de te dire bienvenue  Hug)

(même si t'es une bitchita, preuve à l'appui :
Elenna a écrit: Continues s'il te plait, tu dois être le seul que je vais accepter de lire en mode "tu" !
maintenant cours vite
Didi en liberté )
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Furry (Elenna Keegan)

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Général
Détails
HRP
 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum