Postes de distribution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Postes de distribution

Message par Maître du Jeu le Mar 12 Avr 2016 - 12:24

Ce bâtiment massif se trouve à côté du pont de pierre. C'est l'un des rares édifice du quartier à porter une parure minérale. Son apparence terne et ses fenêtres lui donnent une apparence de prison, sans les barreaux : les fenêtres ne mènent que vers le hall aux guichets. À l'arrière du bâtiment sont entreposées toutes les denrées, dans un sacré labyrinthe d'étagères savamment organisées par souci d’efficacité, l'espace étant réfrigéré afin de ne pas voir de précieux rations se gâter. Une porte de service permet aux employés d'entrer par l'arrière du bâtiment. Elle ne s'ouvre qu'aux membres du secteurs de l'Artisanat affiliés au poste de distribution.

Lorsqu'un habitant de la cité souhaite faire un retrait, il lui suffit de se présenter au poste de distribution, où sa puce d'identification sera scannée pour vérifier qu'il n'a pas déjà retiré toutes ses rations de nourriture. Des produits de première nécessité peuvent également être demandées, en petites quantités pour que tout le monde puisse y avoir accès sans épuiser les stocks.

Enfin, pour les demandes spéciales, qu'il s'agisse de matériel, matières premières ou autres, il faut d'abord passer par le réseau Intracom et faire une demande au service de distribution, qui se chargera de répondre positivement ou négativement. Dans le premier cas de figure, une réponse sera envoyée, indiquant à partir de quand retirer la commande et dans quel poste de distribution.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Neel le Ven 22 Juil 2016 - 1:11

Tu as fini ta journée de travail, il est l'heure pour toi de rejoindre ton foyer. Seras-tu capable de retrouver le chemin ? La Cité pourtant n'est pas si grande, tu as juste un mauvais sens de l'orientation. Peut-être que le réseau intracom dispose d'un genre de GoogleMaps. Ca te serait fort utile, le temps de trouver tes marques.

Tu es encore perdu ici.

Cela te semble si différent de ton existence de jadis. Jadis oui, cela fait trois jours tout au plus que tu es sorti mais avec la petite semaine de réadaptation monitorée au centre de réveil cela revêt déjà un aspect d'éternité. Tout a changé si subitement, sans retour en arrière possible. Tu en es encore tout sonné.

Cela ne se voit peut-être pas quand on te croise dans la rue, tu as toujours pour toi cette démarche si sûre, cette confiance qui émane de toi. A l'intérieur, à l'intérieur seulement, ton esprit virevolte, affolé. C'est une danse folle, inquiète, des questions, tant d'interrogations qui suivent ce qu'on t'a dit être le Transfert ! Sur l'univers, l'homme et sa place, le monde, ou les mondes ? Tu ne sais plus. Tout ce que tu tenais pour acquis s'est effondré sans crier gare.

C'est vertigineux et c'est grisant. Tu crois sentir des possibilités infinies qui ne demandent qu'à être effleurées. Tu les saisirais toutes. C'est ce qui te donne la force de te lever le matin, après un sommeil agité, laissant derrière toi un oreiller mouillé de larmes. Le jour tu les oublies vite, tu n'as pas le temps, pas le choix. Il faut tout apprendre. Sur le tas et rapidement avec ça, l'hôpital grouille. Pour toi autant d'activité, quelque part c'est rassurant. Ca ne devrait peut-être pas l'être, un hôpital si c'est désert c'est que les gens se portent bien.
Qu'importe. Tu as besoin d'être à un endroit qui bouge.

La faim. Il ne te reste plus de réserve chez toi. Ton mentor t'a indiqué un poste de distribution où retirer les céréales et légumineuses qui font désormais partie exclusive de ton alimentation. Ce que tu ne donnerais pas pour un met un tant soit peu cuisiné, quelques épices... Sagement rangé dans la file d'attente, tu rêves.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Patty le Ven 22 Juil 2016 - 2:08

Le souffle : respire. Je vivais, de ce que Diana appelait, de son vocabulaire peu développé, mais quand même intelligent : une dissidence d'esprit. Cela voulait dire, que mon esprit était partagé entre deux sentiments, deux réalités, deux ce que vous voulez. J'étais en manque. Comme si j'étais un rockeur vivant sous coke, ou un travailleur fumant sa cigarette tous les jours. Il suffisait, de remplacer les substance illicites, par ma vie : on y était. J'avais du mal à respirer. Cet air-là, m'étouffait. Il me montait les larmes aux yeux.

Mais courage, j'étais presqu'arrivée au poste de distribution des denrées. Je tentais de ne pas penser, en vain.

Il y avait une queue d'enfer. Dans mon jargon, ça voulait dire qu'il y avait peu de gens : juste un jeune homme brun et mat de peau derrière moi, deux autres gens qui étaient derrière lui, et une femme frôlant la quarantaine, rousse, et aux multiples tâches de rousseur, devant moi. J'essayais de me focaliser sur mon idée première de ma venue. A part le fait, que j'avais encore le droit à du sel et du riz. J'avais fait une croix sur les légumes de toute manière. Je devais.. Mince, je voulais récupérer quoi déjà ?

- Bonsoir, c'est pour quoi ?

Un viel homme à la peau d'ébène se tenait devant moi. Il avait l'air aussi pragmatique que Chuck Norris. Diana se serait tassée devant son regard, si elle avait été avec moi.

- Bonsoir, c'est pour des.. Protections hygiéniques.  

Le vieil homme avait l'air d'halluciner. Son visage se décomposa, sa tête s'effondra sur son cou, comme s'il s'était pris une balle dans le dos. Tout ça, avec un regard aussi rond qu'une lune étonnée.

- Je.. Je ne l'invente pas, tout le monde en parle en Artisanat. Vous avez.. Enfin. Vous aviez.. Vous avez surement dû en entendre parler, c'est un arrivage du secteur recherche. Des serviettes, à base de P.Q, ou je-ne-sais-quoi. Je vous jure ! Elles sont censées arriver aujourd'hui.

Il me toisait d'un air méfiant.

- Je vais aller voir ça, dit-il d'un ton sans équivoque.

Putain la gêne.

- Merci..

- Veuillez attendre sur le côté, je vais aller chercher dans la réserve. Cheyenne ! Viens me remplacer.

Au bout d'un instant, une jeune femme aux longues tresses épaisses arriva par une porte de derrière. Elle avait une tête souriante, et semblait beaucoup trop mâture pour avoir l'air aussi jeune. Son sourire était éclatant. J'aurais voulu faire sa connaissance, mais je devais me ranger sur le côté, en attendant "ma commande."

- Bonsoir, qu'est-ce qu'il vous faut ? Fit-elle éclatante de vie, au jeune homme aux lèvres beiges.  


Dernière édition par Patty le Dim 24 Juil 2016 - 14:15, édité 2 fois
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Neel le Ven 22 Juil 2016 - 17:04

L'aimable question de la demoiselle te tire de tes rêveries. Tu étirés tes lèvres en un large sourire, laisse entendre un rire clair. Tu ne t'attendais pas à être servi si vite et tu t'excuses de ton absence, avec toujours cette joie sereine dans ta voix :

" Je suis désolé, j'avais la tête ailleurs." Tes yeux se font doux, comme pour justifier qu'un homme si léger soit forcément la tête dans les nuages. "Je viens chercher ma ration alimentaire pour la semaine à venir." Tu mets la main sur ta poche arrière de pantalon par réflexe. Pas de portefeuille, bien sûr, tu as oublié. Tu te rends compte que tu n'as pas un sou sur toi, tu n'en as d'ailleurs pas vu un seul depuis ton arrivée. Ton mentor ne te dit rien Neel, tu devrais insister quand il ne répond pas à tes questions. Tu es trop gentil, lui trop austère. Sinon tu aurais su, tu ne serais pas là à te demander que faire. "Je, hum." Tu t'arrêtes, relèves la tête vers la charmante jeune femme avec un nouveau sourire à s'en damner. "C'est bête, mon mentor m'a envoyé ici mais je n'ai pas d'argent, je..."
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Patty le Dim 24 Juil 2016 - 2:10

Ses longues tresses étaient interminables. Le comptoir lui arrivait au ventre, les tresses le dépassaient. Même son regard brillait d'allégresse. Comment faisait-elle ?! Son entrain fier, me renvoya à mon malaise irrépréhensible. J'étais soudainement jalouse de son.. De son être, de son bonheur incompréhensible, de son sourire.. Je la trouvais soudainement fausse. A la limite du vulgaire, comme si elle était une tueuse d'American Nightmare, ou qu'elle contemplait un brasier étendu, détruire toute une ville en pleurs.

Parce qu'en vrai... Comment faisait-elle pour sourire aussi franchement, comme si elle n'était pas arrachée à sa vie d'antan ?

J'inspirais et expirais. Pour ne pas risquer une crise de panique.

- Je viens chercher ma ration alimentaire pour la semaine à venir.

Pour m'aider, je pris même le temps de faire attention au jeune homme du comptoir, qui venait de passer sa commande. Je le vis mettre sa main dans sa poche arrière, mais il n'y avait rien. Il s'en rendit compte lui-même, s'arrêtant net. Je sentis le moment de choc, jusque dans mes artères.

- Je, hum, fit-il totalement dans le doute.

Il prit le temps de regarder la femme du comptoir.

- C'est bête, mon mentor m'a envoyé ici mais je n'ai pas d'argent, je..

- Tu n'as pas besoin d'argent, l'interrompis-je, sans arriver à m'en empêcher. Normalement, c'est.. Disons que.. C'est avec ta puce. Il suffit que tu la présentes, chaque semaine c'est "actualisé" pour que tu puisses manger. Ça peut être même pour.. Autre chose, comme des serviettes à base de P.Q.

J'avais dit cette dernière phrase avec humour. Le jeune homme semblait rêveur. Même lui me mettait mal à l'aise, avec son air d'ailleurs et ses yeux rieurs. Je lui en fis un, de sourire. Un que je tentais de rendre sincère.

Tentant de dissiper mon malaise palpable.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Neel le Dim 31 Juil 2016 - 13:10

Ta phrase est coupée, subitement. C'est la demoiselle à ta droite. Elle te fixe intensément. Sa voix est assurée et elle semble la première à s'en étonner. Sa première phrase est brute. Spontanée. Tu n'as pas besoin d'argent, t'explique-t-elle. Et puis l'hésitation, peut-être son état naturel, revient par bribes. Elle bafouille un peu, du manque de confiance en soi caractéristique de l'adolescence. Tu ne t'en formalises pas, tu la trouves en fait bien aimable à clarifier tout ça pour toi. La puce, apparemment tout est dedans. Un peu comme une carte bancaire. Sans crédit. Tu apprends aussi que les postes de distribution ne sont pas réservés qu'à l'alimentation mais permet de récupérer tout ce qui peut être nécessaire à ta vie quotidienne.

"Oh, okay." Naturellement tu présentes ton poignet à la... vendeuse ? Le mot n'est pas approprié puisqu'il n'y a pas d'échange d'argent mais tu ne connais pas de terme plus adapté, il va falloir s'en contenter. C'est bête, c'est tout simple mais ça suffit pour te rappeler à quel point tu es loin de chez toi. De ta vie. Ton coeur se pince dans ta poitrine et tu ressens encore ce sentiment ambivalent. La douleur de perdre tout ce que tu connaissais et l'émerveillement face à ce monde où tout n'est que découverte. Tu ne t'y attardes pas une seconde, tu sais que penser à tout ça ne fait que rendre les choses plus dures. Ton poignet scanné, la femme s'éclipse pour chercher dans les stocks ce dont tu as besoin.

Tu profites du moment pour te retourner vers l'adolescente qui attend elle aussi son packet. Peut-être les serviettes dont elle parlait plus tôt. "Merci beaucoup." Un sourire passe sur ton visage, de remerciement cette fois. "Je m'appelle Neel..." Tu lui tends une main ouverte pour serrer la sienne. Ce n'est peut-être pas comme ça que les salutations se passent ici mais cela ne te vient même pas à l'esprit. C'est encore tôt tout ça pour toi, tu patauges. "... et tu l'auras sans doute compris, je suis nouveau ici." Petit rire. Décontracté mais tu sens que tes yeux se font tristes sans que tu ne puisses rien y faire. "Et toi ? Ca fait longtemps que tu es ici ? Tu..." Encore un sourire, un haussement d'épaules pendant que tu cherches comment formuler tes futures paroles. "Tu fais quoi dans la vie ?" Tu ris un peu parce que tu sais à quel point c'est incongru comme question. Parce que tu as encore du mal à croire que ça, c'est ta vie maintenant.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Patty le Lun 1 Aoû 2016 - 1:05

- Oh, okay.

Il sembla déconcerté, mais montra son poignet malgré tout. La jeune femme tout sourire le scanna, avec toujours cette machine qui me rappelait celle des Auchan d'autre fois. Trop de nostalgie. Fais chier. C'était trop mauvais pour le moral.

Elle s'en alla, sans plus de cérémonies, laissant le jeune homme perdu dans ses pensées.

Il se retourna vers moi, ses grands yeux me dévisageant. Cela me fit quelque chose. Presque des frissons, mais pas jusque là. Juste la drôle de sensation d'être remarquée. Il avait soit un regard très expressif, soit il avait un entrain naturel qui se sentait jusque dans la peau des autres. Il devait être le genre de personne, à avoir un rire contagieux, dans d'autres circonstances.

- Merci beaucoup, dit-il simplement, un sourire passant sur son visage assombri par je-ne-savais-quoi.

Zut. J'avais dû le déranger, il devait sans doute ne pas avoir envie de parler à qui que ce soit. C'était sans doute le genre de personnes, bloquées dans leur politesse jusqu'à ne plus être eux-même. Putain. Je sentais le malaise, jusque dans ma gorge. Comme de la poudre de suie, qui se posait douloureusement sur ma trachée. J'avais de nouveau envie de pleurer.

- Je m'appelle Neel.

Le fait de ré-entendre sa voix me rassura quelque peu : il ne semblait finalement, pas si oppressé que ça, par ma présence. Il me tendit sa main, dans un geste presque chaleureux s'il en était. Je relevai ma tête vers lui, et répondis à son salut, soulagée comme pas possible.

- Et tu l'auras sans doute compris, je suis nouveau ici.

On lâcha tous les deux un petit rire. Mon envie de pleurer se dissipa.

- Et toi ? Ça fait longtemps que tu es ici ? Tu... Hésita-t-il tout en souriant. Tu fais quoi dans la vie ?

- Oh, m'exclamai-je un peu surprise par la question.

Généralement, on demandait très rarement ce genre de choses. Question de tabou, ou de "j'ai pas le temps". C'était peut-être ça, qui me manquait le plus sur Terre. Les conversations badines, qui n'avaient aucune conséquence, aucun but précis, à part le divertissement, les rigolades. L'humour ici, était toujours accompagné, d'une touche de travail. C'était étouffant parfois, mais possible à dissiper. Il suffisait de se reposer, ou de se défouler, ou juste d'oublier la situation, et de reconcentrer sur le boulot. J'étais peut-être plus emprunte à la dernière option, puisque je ne faisais que ça depuis plus de huit mois. Partir pour hurler à la lisère des murs, était bizarrement plus fatigant.

Je me rendais compte, que je dérivais dans mes pensées. Je jetai un nouveau un oeil à ce.. à "Neel".

- Je m'appelle Patty, enchantée.

Je souris à mon tour.

- Je suis mécanicienne au sein de la cité. Du secteur, artisanat. Du coup. Pour l'instant, je m'occupe d'apprendre à réparer les machines, parfois complexes, parfois non. Tout ça, avec mon.. Mentor.  Je suis encore en apprentissage.

Je rigolai à cette pensée presque.

- Ça d'fait... Ça... Ça doit faire presque neuf mois, je crois ? Que je suis ici ?

J'avais un pincement au coeur, sans raison.

- Petite !

Je me retournai vers le comptoir. C'était le vieil homme au regard-qui-tue.

- Voilà ton arrivage. Passe-moi ton poignet.

Je m'exécutai, regardant les mini-paquets plastifiés, enveloppant des grosses feuilles de P.Q blanches. Je doutais un peu de l'efficacité de ces machins, mais bon. Cela me fit quand même sourire.

- On t'a attribué à un secteur, demandai-je subitement, à.. A Neel. Ou pas encore ? Sincèrement, si t'as questions, n'hésite pas. Je t'avoue que.. Ça doit faire un peu longtemps que je n'ai pas conversé avec quelqu'un, comme ça, au calme.

Je lâchai un rire nerveux. Autant se montrer honnête hein, les regrets n'existaient plus dans ce monde, de toute façon.
Général
Détails
HRP
avatar
 


Re: Postes de distribution

Message par Neel le Mer 3 Aoû 2016 - 13:09

C'est peut-être aussi un peu bizarre de demander ça à une gamine de seize ans. Ou peut-être pas. Tu n'as aucune idée de l'âge où l'on commence à travailler ici. Jusqu'à maintenant tu n'as vu que des personnes plus âgées que toi mais tu te doutes qu'il doit y avoir un certain nombre de jeunes âmes. Comment elles font pour s'adapter, tu ne le sais pas. Tu ne sais d'ailleurs pas comment tu fais toi même. On te l'a déjà dit à l'hôpital, tu t'adaptes vite. Trop vite. D'habitude, au bout de trois jours les gens sont toujours dans ce même état amorphe. On doit les traîner au boulot, c'est aussi à ça que ça sert un mentor. S'assurer que chacun remplisse sa part de travail malgré la peine. Tirer les gens de la dépression. Tu as entendu tes collègues murmurer que le taux de mortalité après le transfert était élevé. Le suicide. C'est pour ça qu'il ne fallait surtout pas relâcher les gens trop tôt, que la cellule d'aide psychologique avait de grandes responsabilités.

Et toi tu es déjà capable de sourire. C'est peut-être le choc, c'est peut-être que ça viendra plus tard. Que tu ne pourras pas te lever le matin, les yeux brûlants d'avoir trop pleuré, la tête aussi douloureuse qu'après une gueule de bois, le coeur vide de toute envie. Cette idée tu la chasses encore une fois. Tu ne veux pas y penser et tu veux y penser en même temps. Parce que tu as l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche chez toi.

L'adolescente aux cheveux crépus se présente, elle s'appelle Patty. Cela doit être un surnom, tu t'attendais à un nom plus long. Patty te dit qu'elle est apprentie mécanicienne, transférée depuis neuf mois. Votre conversation est brièvement coupée par l'arrivée de son paquet, qui semble la rassurer un peu d'après le sourire qui passe sur son visage. Tu rougis un peu, tu ne t'attendais pas à ce que ce soit ce genre de serviettes... Discrètement tu regardes ailleurs, mal à l'aise. Heureusement, ton propre paquet arrive et tu es soulagé d'avoir ce petit tas de denrées et vêtements pour avoir quelque chose sur quoi porter ton attention. Il n'y a pas que de la nourriture là dedans, cela doit être un genre de pack pour les récents arrivants. Tu prends le tout et t'écartes du passage. Il s'agit de ne pas gêner, d'autres attendent plus ou moins patiemment derrière vous.

"Eh bien c'est un plaisir partagé, vraiment, j'ai rarement l'occasion de discuter. Mon mentor est assez... taciturne. Oui on m'a donné un secteur, je suis de la Santé. En formation pour être assigné au pôle des réveils. Je vais rencontrer des gens de tout horizon, de pays que je n'aurais jamais pu visiter... Découvrir de nouvelles façon d'envisager le monde. C'est proprement incroyable ! Et pour toi ça fonctionne comment, est-ce que tu es assigné à un lieu de travail ? Ou on t'envoie en mission à droite à gauche ? J'imagine à quel point ton travail doit être important, ici tout a l'air automatisé. Est-ce que tu as le droit de toucher à tout ? Je veux dire, il doit bien y avoir des appareils qui sont plus réglementé que d'autres."
Général
Détails
HRP
avatar
 


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum